Atelier sur les services éco-systémiques au Bénin: La gestion durable des réserves de biosphère dans la Pendjari au menu

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Atelier sur les services éco-systémiques au Bénin: La gestion durable des réserves de biosphère dans la Pendjari au menu


Natitingou abrite, les 27 et 28 septembre, un atelier sur l’évaluation des services éco-systémiques pour la gestion durable des réserves de biosphère au Bénin. Initié par le Laboratoire de biomathématiques et d’estimations forestières de la Faculté des sciences agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi (Labef) et financé par l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique, il a été ouvert par le professeur Romain Glèlè Kakaï, directeur du Labef.

LIRE AUSSI:  Relecture du statut des greffiers et officiers de justice : Joseph Djogbénou installe les membres de la commission

« Les services éco-systémiques pour la gestion durable des réserves de biosphère au Bénin ». C’est le thème qui réunit, pendant deux jours, des enseignants et des chercheurs venus de la Belgique et des Universités d’Abomey-Calavi et de Parakou ainsi que des acteurs de la Société civile s’impliquant dans les questions de conservation de la biodiversité.

Selon le professeur Romain Glèlè Kakaï, directeur du Laboratoire de biomathématiques et d’estimations forestières de la Faculté des sciences agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi (Labef), l’objectif global de l’atelier est d’informer et de sensibiliser les différents acteurs (les élus locaux et les décideurs, les Ong internationales et nationales rencontrés lors de la collecte de données et les gestionnaires du parc) sur les services éco-systémiques prioritaires dont regorge la réserve de biosphère de la Pendjari. A titre spécifique,le concept de service éco-systémique est compris par les acteurs de la gestion de la réserve et les populations riveraines. De même,les services identifiés comme prioritaires pour la population riveraine sont connus et intégrés par les acteurs impliqués dans ladite gestion de sorte que les mesures de gestion existantes ou potentielles sont connues, discutées et priorisées parmi les acteurs impliqués dans la gestion de la réserve de biosphère de la Pendjari. Tout cela, indique le directeur du Labef, sera conduit selon une méthode participative qui inclura l’expérience des chercheurs, des partenaires belges, y compris les acquis du projet Evamab. Un projet qui vise à tester et à développer des méthodes pour l’évaluation rapide des services éco-systémiques dans les réserves de biosphères africaines.
Le coordonnateur du programme CEBioS, partenaire de l’atelier, Dr Janssens de Bisthoven Luc, a présenté le contexte de l’atelier et exposé les résultats attendus. Le programme CEBioS est développé par l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique. Il travaille pour faire connaître la biodiversité et l’importance de son intégration.Selon le coordonnateur, c’est sur la base des appels à projets soumis à un jury qui les examine de façon compétitive que des programmes de sensibilisation et des stages liés aux services éco-systémiques sont organisés en Belgique. Le programme CEBioS, ajoute-t-il, collabore avec les universités et instituts de recherche en vue de l’amélioration de la biodiversité avec le concours des populations riveraines. Il est actif en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Il intervient par paquet d’interventions grâce à une boîte à outils.
Dans le cadre de cet atelier, plusieurs communications sont prévues pour outiller les participants et leur permettre de retenir une approche participative des services éco-systémiques afin de garantir une gestion durable des réserves de biosphère au Bénin.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Le projet de loi portant Code pénal en examen ce jour