Attaques djihadistes au Nord-Bénin : le gouvernement conscient des défis à relever

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Attaques djihadistes au Nord-Bénin : le gouvernement conscient des défis à relever

Le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre HoungbédjiWilfried Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement du Bénin

Le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, a tenu sa séance hebdomadaire d’échanges avec les professionnels des médias, vendredi 10 décembre dernier, dans les locaux de l’Onip à Cotonou. Comme à son  habitude, il a répondu à bon nombre de préoccupations des journalistes, notamment celles liées aux attaques
djihadistes au Nord-Bénin.

LIRE AUSSI:  Sujets brûlants de l’actualité: Le porte-parole du gouvernement se prononce

Que retenir de la situation actuelle au Nord-Bénin après les récentes attaques djihadistes ? En réponse à cette question, le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, a fait noter que pour l’Exécutif béninois, la lutte contre ce phénomène ne se fait pas à coups de déclarations médiatiques. « Il faut être efficace, et c’est ce que nous avons toujours fait », lance-t-il avant d’expliquer que conscient du danger, le gouvernement a pris des dispositions en amont. Lesquelles, assure-t-il, ont notamment permis d’éviter beaucoup d’autres situations. Il a également fait savoir que depuis la survenue de ces attaques, le gouvernement, sous l’impulsion du chef de l’Etat, s’est déjà réuni plusieurs fois, et le président de la République lui-même a eu des séances de travail avec le haut commandement militaire, pour apprécier la situation et actualiser le dispositif en place. « Donc, je peux vous dire qu’il y a une réponse forte qui est apportée et le gouvernement fera davantage d’efforts, les années à venir, pour préserver l’intégrité de notre territoire et nos populations des affres de ce phénomène », rassure Wilfried Léandre Houngbédji.
Avant cette question d’ordre sécuritaire, le porte-parole du gouvernement a évoqué entre autres, les raisons de la suspension de l’arrêté du préfet du Littoral sur la mobilité urbaine. «En amont, certaines dispositions n’avaient pas été prises afin de faciliter la tâche aux usagers du marché Dantokpa. C’est pour cela qu’il a été demandé au préfet de rapporter l’arrêté », explique-t-il. En réponse à l’auteur de cette question, qui, dans sa relance, voudrait savoir si la cellule d’analyse des projets d’arrêtés ministériels et préfectoraux existe toujours et pourquoi n’a-t-elle pas filtré l’arrêté en question, Wilfried Léandre Houngbédji affirme que ladite cellule existe toujours et fait son travail. « Si l’arrêté était passé par cette cellule, sans doute qu’il n’aurait pas été validé dans ces conditions », pense-t-il.
Au sujet de la levée ou non du pass sanitaire, le porte-parole du gouvernement fait observer que les scientifiques estiment qu’il faut atteindre au moins 60 % de taux de vaccination pour espérer atteindre l’immunité collective. «Nous on va continuer par travailler. Si on atteint 60 % d’ici à là, c’est bon. Si on le dépasse, c’est davantage bon. Je ne dis pas qu’on va attendre 60 % au moins mais je vous dis ce que la science préconise. Après, en fonction de l’évolution, on va croiser avec les données du moment en ce qui concerne les taux de contamination, d’occupation des lits dans les centres de prise en charge, et on appréciera. On verra s’il y a de nouvelles mesures à prendre en termes d’allègement ou de renforcement », a-t-il fait savoir.

LIRE AUSSI:  Wilfried Houngbédji en réponse aux inquiétudes des Etats-Unis : « La justice a rendu ses décisions comme il sied de les rendre… »