« Au-delà des barrières : voix des migrants africains irréguliers en Europe »: Le rapport sur la situation des migrants lancé

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur « Au-delà des barrières : voix des migrants africains irréguliers en Europe »: Le rapport sur la situation des migrants lancé


Le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) a rendu public son rapport sur la situation des migrants dans le monde. Lancé à Cotonou, jeudi 5 décembre dernier, ledit rapport relate les motivations des candidats africains à la migration malgré les dangers y afférents.

LIRE AUSSI:  Projet Mia-Bénin: Les parties prenantes sensibilisées

Intitulé « Au-delà des barrières : voix des migrants africains irréguliers en Europe »,
le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) sur la situation des migrants africains a été lancé officiellement, jeudi dernier, à Cotonou, par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané. Selon Janvier Alofa, économiste au Pnud, 3029 personnes ont été ciblées. Et le rapport révèle que le faible niveau de développement observé dans les pays des migrants a été à l’origine de leur départ. 58 % des candidats à la migration disposent de revenu avant de partir. 62 % des migrants indiquent qu’ils n’ont pas de choix. 42 % ont fait savoir que rien n’aurait changé leur décision. 83 % notent une sécurité personnelle meilleure qu’à la maison. 73 % trouvent que leur bien-être financier était meilleur qu’au pays. 93 %
ont fait face au danger au cours de leur voyage… Les insuffisantes perspectives et le manque d’espoir de pouvoir bénéficier des progrès et d’accomplir leurs aspirations multidimensionnelles sont les facteurs incitatifs à l’émigration, malgré les graves dangers des routes migratoires. Seuls 2 % des personnes interviewées auraient renoncé s’ils avaient eu une connaissance préalable desdits dangers.
D’après le représentant résident par intérim du Pnud, Ginette Camara, le rapport vise à susciter l’écoute en faveur du message essentiel qui ressort de cette étude à savoir que les migrations sont le reflet d’un développement inégal. Selon elle, les migrants clandestins partagent entre autres sentiments que leur pays ne leur donne pas la possibilité de tirer parti des progrès économiques et sociaux du 21e siècle ni de concrétiser leurs aspirations, faisant naître chez eux un rejet radical de leur condition, les poussant à entreprendre un voyage clandestin et potentiellement dangereux vers un avenir incertain en Europe. Rappelant qu’entre 2014 et 2018, plus de 30 000 personnes ont trouvé la mort sur les routes migratoires, Ginette Camara a indiqué que le rapport contribue à la mise en œuvre efficace des stratégies pour des migrations ordonnées et efficaces. Il constitue une contribution à la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations adopté par les Etats membres de l’Onu en 2018 pour une migration sûre, ordonnée et régulière. Le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye
Bio Tchané a indiqué que l’un des plus grands défis de cette époque est de répondre efficacement aux déplacements de populations à grande échelle. « En ce 21e siècle qui connaît une forte progression de la mobilité humaine, il est impérieux de comprendre les interrelations qui existent entre migration et développement », affirme le ministre. « Les préoccupations soulevées viennent confirmer la nécessité perçue par le président chef de l’Etat, le président Patrice Talon, de créer les conditions propices pour faire des jeunes le fer de lance de l’économie béninoise. Ceci passe par la multiplication des opportunités d’emplois décents afin de leur permettre de développer pleinement leurs capacités et réaliser leurs aspirations », a fait savoir le ministre.

LIRE AUSSI:  Célébration de la Tabaski: Sous le sceau du dialogue interreligieux à Porto-Novo