Autorégulation des médias: L’Odem condamne Soleil Bénin Info

Par ,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Autorégulation des médias: L’Odem condamne Soleil Bénin Info


L’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (Odem) a condamné, ce mercredi 11 avril, le journal Soleil Bénin Info, son directeur de publication et un journaliste pour violation de plusieurs articles du Code de déontologie de la presse béninoise.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : Deux lois votées ce jour

Saisie d’une plainte aux fins de condamner le journal Soleil Bénin Info pour « accusations mensongères, diffamatoires, injurieuses et sans fondement », par Hervé Coovi Guédégbé, l’organe d’autorégulation des médias a prononcé sa sentence, ce mercredi 11 avril. Par décision n° 106/04/ODEM 7, les membres de l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (Odem) condamne le journal Soleil Bénin Info, son directeur de publication ainsi que le journaliste Amen Nawa pour violation de cinq articles du Code de déontologie de la presse béninoise. Il s’agit de l’article 2 alinéas 1 et 2, des articles 6, 11, 19 et 20 dudit code. 

À l’analyse des articles incriminés, l’Odem affirme que l’instruction établit que le journal n’a pas fait la moindre investigation avant de les publier. Les membres de l’organe d’autorégulation notent que l’auteur des publications a méconnu la démarche du contradictoire, signalant que la source brandie précise que « L’Arcep devra poursuivre ses activités, en attendant le renouvellement des membres du Conseil de régulation ainsi que du secrétaire exécutif conformément aux dispositions réglementaires ».
Aussi, l’Odem souligne que le journal n’a pas été capable de prouver l’atmosphère corrosive entre le Conseil de régulation dirigé par Flavien Batchabi et le secrétaire exécutif dont il fait cas. Le journal n’a pas apporté les preuves de ses écrits et le journaliste a manqué de professionnalisme dans le traitement de l’information, ajoute la décision lue par Max Gaspard Adjamonsi, rapporteur général de l’Odem.
La plainte de Coovi H. Guédégbé, porte sur plusieurs articles du journal parus dans le n°727 du mercredi 28 décembre 2017 et n° 738 du mercredi 24 janvier 2018. Le journal Soleil Bénin Info a publié sous la signature de Amen Nawa des articles accusant le plaignant, prenant appuie uniquement sur un communiqué du Conseil des ministres du mercredi 27 juillet 2016.
Les objectifs assignés à l’Odem par les professionnels des media sont de faire observer les règles de déontologie et d’éthique dans les médias ; protéger le droit du public à une information libre, complète, honnête et exacte ; défendre la liberté de presse ; veiller à la sécurité des professionnels des média dans l’exercice de leur fonction et garantir leur droit d’enquêter librement sur tous les faits concernant la vie publique, etc.

LIRE AUSSI:  Le Commerce intra régional formel en Afrique de l’Ouest: Ses atouts et ses défis face à la mondialisation

Dérives répétées et récriminations

Guy-constant Ehoumi, président de l’Odem, en marge d’une déclaration de condamnation du journal Soleil Bénin Info, a fait un sévère réquisitoire à propos des légèretés avec lesquelles l’information est collectée et diffusée dans la presse béninoise. « On continue de constater que les dérives persistent. Des journalistes et des organes de presse continuent de véhiculer des rumeurs des réseaux sociaux », se désole-t-il. Il signale que la toute dernière est liée au relai de présumées violences qui auraient été exercées sur des Béninois au Togo ; des informations démenties par le directeur général de la Police républicaine, après une visite dans ce pays.
Le président de l’Odem avertit que le moment viendra où les journalistes coupables de telles légèretés seront cités nommément. « La liberté d’expression ne veut pas dire la désinformation », dit-il, avant d’exhorter à préserver cette liberté afin que des condamnations ne viennent et ne soient perçues comme des reculs des libertés. Car, « L’image de la presse béninoise n’est pas bonne », souligne M. Ehoumi, en invitant les journalistes à plus de professionnalisme et de responsabilité.