Avant-projet de loi/Vih au Bénin: Le texte en relecture pour le bonheur des cibles

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Avant-projet de loi/Vih au Bénin: Le texte en relecture pour le bonheur des cibles

Flore Armande GANGBO à l'ouverture de l'atelier

Le gouvernement béninois à travers le Programme Santé de lutte contre le Sida (Psls) avec l’appui technique et financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) et autres agences du système des Nations Unies étudient l’avant-projet de la loi 2005-31 du 10 avril 2006 portant prévention, prise en charge et contrôle du Vih/Sida en République du Bénin. Il s’agit de proposer un document visant à promouvoir un environnement légal favorable aux personnes vivant avec le Vih et les Populations Clés.

LIRE AUSSI:  Session du Conseil des ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta: Relancer la machine ABV pour de nouveaux défis

La lutte contre le Vih/Sida au Bénin aborde un tournant juridique important. C’est ainsi qu’il faut percevoir l’analyse de l’avant-projet de la loi 2005-31 du 10 avril 2006 portant prévention, prise en charge et contrôle du Vih/Sida en République du Bénin.
Les parties prenantes s’y penchent en vue d’aboutir à un document complet de promotion du droit des personnes infectées et affectées par le Vih/Sida. La finalité est d’assurer une protection maximale des cibles vulnérables à travers la promotion d’un environnement respectueux de leur droit à la santé et à la dignité.
L’avant-projet de cette loi «a pour objet de contribuer à un environnement légal favorable pour la riposte au Vih au Bénin. La finalité est de réduire les nouvelles infections liées à la maladie et les décès, au sein des personnes vivant avec le Vih, mais aussi les personnes vulnérables et populations clés », explique Marie-Margarète Molnar, directrice pays de l’Onusida.
Au-delà de la quiétude et de la sérénité, cet exercice de révision de la loi qui réunit les experts du secteur de la santé et celui de la justice avec l’appui des agences des Nations Unies au Bénin (Pnud, Onusida, Unicef, Oms) et des associations de lutte, va transformer la vie des personnes touchées. Il répond à une dynamique mondiale.
« Tout pays engagé dans la lutte contre l’épidémie a le devoir de rendre sa loi inclusive et explicite. Après plusieurs décennies de lutte contre le Vih/Sida à travers divers outils dont les lois nationales pour éliminer la propagation et pour protéger les personnes infectées et affectées par le virus, les Etats étaient conviés à réexaminer et à réformer les législations locales afin de les rendre compatibles aux contextes de l’épidémie, avec l’évolution de la législation nationale et les obligations internationales», explique Joséphine Kanakin, chargée de programme genre, droits humains et Vih/Sida au Pnud Bénin.

LIRE AUSSI:  Compte rendu du Conseil des ministres: Suspension des taxes sur le contrôle de qualité de l'ananas

Soigner les données sociologiques

Le présent atelier s’inscrit dans la nouvelle stratégie 2021-2026 de l’Onusida, « qui prévoit un ensemble de cible ambitieuse, spécifique, à l’environnement légal, aux normes culturelles et sociales pour améliorer les diverses dispositions prises pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination ». Il ambitionne également de soigner les données sociologiques telles que la discrimination, la stigmatisation, l’inégalité entre homme et femme, les normes et pratiques néfastes, qui affectent les personnes atteintes et qui entachent les efforts du Bénin depuis des années, assure Marie-Margarète Molnar.
Flore Gangbo, coordonnatrice nationale du Programme santé de lutte contre le Sida (Psls) s’attarde sur les données qui renforcent la vulnérabilité des cibles pour souligner la pertinence des présents travaux : « Malgré les importants progrès réalisés dans la réponse au Vih, la situation demeure préoccupante au sein des populations clés qui en 2019 rendaient compte de 68 % des nouvelles infections en Afrique occidentale et centrale ».
L’adéquation des textes à l’évolution du contexte apparaît à ses yeux comme une mesure efficace pour mieux maitriser le mal. D’où cette initiative du Psls avec le soutien des partenaires au développement, en vue de prendre en compte les nouvelles réformes dans la lutte contre le Vih et d’accorder la place nécessaire aux personnes clés.
La mise à jour de ladite loi est d’autant plus importante que le texte actuel régissant la pandémie du Vih/Sida au Bénin est caduc. « Il date du 10 avril 2006. Sa relecture est nécessaire, au regard du contexte de l’évolution de l’épidémie et des directives internationales relatives au Vih/Sida et aux droits de l’Homme », assure Marie-Margarète Molnar.
Le Pnud l’a si bien intégré qu’il ne marchande pas son appui au Bénin. « C’est dans le cadre du réexamen du cadre législatif national que le Pnud a fourni un appui technique et financier pour une relecture profonde et complète des dispositions antérieures afin de les arrimer aux objectifs actuels visés par la riposte et qui doivent être en cohérence avec les nouvelles réalités liées à l’épidémie », soutient Joséphine Kanakin du Pnud.
Les amendements au document vont significativement améliorer la vie des cibles.

LIRE AUSSI:  Promotion des droits des enfants au Bénin: L’Unicef et les têtes couronnées mettent en place un cadre