Avènement de l’internet : La transformation numérique de la presse

Par LANATION,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Avènement de l’internet : La transformation numérique de la presse


Développer une présence en ligne pour les médias traditionnels représente pour les medias bien plus qu’une simple perspective de développement, un enjeu de visibilité et d’engagement digital auprès de ses lecteurs mais une offre informationnelle captive et multidirectionnelle que le public recherche depuis n’importe quels supports visuels, entre accessibilité, instantanéité et partage.

La transformation numérique est devenue aujourd’hui primordiale. En termes de visibilité tout d’abord. Une information, un reportage, une interview se doit d’être en ligne si on veut que les gens en parlent, que les confrères reprennent l’information. Et, au-delà, cela permet d’aller montrer à des lecteurs potentiels les articles que nous produisons et donc, à terme, de lui donner envie de s’abonner. Cela a bien évidemment changé le rapport à l’information. Le lecteur a accès quelques heures après une actualité à des premières analyses, des éditos, des interviews, des articles anglés. Très rapidement, l’internaute est saturé. Il faut donc trouver le moyen d’être plus original que les autres sur un sujet mais aussi proposer des sujets qui vont intéresser en étant les premiers à les aborder. Enfin, la transformation numérique permet une interactivité avec le lecteur qui n’existait pas sur le papier, sauf à travers le courrier des lecteurs. Nous pouvons corriger une imprécision en toute transparence avec nos lecteurs, enrichir un article au fil de la journée, recueillir de nouveaux témoignage. Le lien qui se tisse avec le lecteur est très fort.

LIRE AUSSI:  Projet asphaltage à Sèmè-Kpodji: Le tronçon menant au site des chrétiens célestes pavé

Comme l’explique  le consultant média Soulé Issiaka, lors de son entretien avec les patrons de la presse béninoise en 2016, sur la question de la transformation numérique, « …le journaliste de demain est celui qui est capable de fournir l’information en un temps record en texte, son, image, vidéo à un public qui n’a plus le temps de s’asseoir pour lire un journal, écouter la radio ou regarder la télévision sur place ». Bien que bienveillant et utile, le numérique n’apporte pas tous  les éléments de réponses aux problèmes de l’humanité.

Mettre à la disposition du web, des contenus rédactionnels  avec des formats compatibles aux téléphones numériques devient ainsi une compétence que tous les journalistes doivent développer quel qu’en soit le média de spécialisation. Les rédactions traditionnelles deviendront des unités de traitement de l’information pour le net comme si tous les médias étaient a priori destinés à produire du contenu pour le web.

la presse à l’ère du numérique

 

Développer une présence en ligne pour les médias traditionnels représente pour les medias bien plus qu’une simple perspective de développement, un enjeu de visibilité et d’engagement digital auprès de ses lecteurs mais une offre informationnelle captive et multidirectionnelle que le public recherche depuis n’importe quels supports visuels, entre accessibilité, instantanéité et partage.

La transformation numérique est devenue aujourd’hui primordiale. En termes de visibilité tout d’abord. Une information, un reportage, une interview se doit d’être en ligne si on veut que les gens en parlent, que les confrères reprennent l’information. Et, au-delà, cela permet d’aller montrer à des lecteurs potentiels les articles que nous produisons et donc, à terme, de lui donner envie de s’abonner. Cela a bien évidemment changé le rapport à l’information. Le lecteur a accès quelques heures après une actualité à des premières analyses, des éditos, des interviews, des articles anglés. Très rapidement, l’internaute est saturé. Il faut donc trouver le moyen d’être plus original que les autres sur un sujet mais aussi proposer des sujets qui vont intéresser en étant les premiers à les aborder. Enfin, la transformation numérique permet une interactivité avec le lecteur qui n’existait pas sur le papier, sauf à travers le courrier des lecteurs. Nous pouvons corriger une imprécision en toute transparence avec nos lecteurs, enrichir un article au fil de la journée, recueillir de nouveaux témoignage. Le lien qui se tisse avec le lecteur est très fort.

LIRE AUSSI:  Obsèques du président Mathieu Kerekou: Les hommages des Forces armées au Camp Guézo

Comme l’explique  le consultant média Soulé Issiaka, lors de son entretien avec les patrons de la presse béninoise en 2016, sur la question de la transformation numérique, « …le journaliste de demain est celui qui est capable de fournir l’information en un temps record en texte, son, image, vidéo à un public qui n’a plus le temps de s’asseoir pour lire un journal, écouter la radio ou regarder la télévision sur place ». Bien que bienveillant et utile, le numérique n’apporte pas tous  les éléments de réponses aux problèmes de l’humanité.

Mettre à la disposition du web, des contenus rédactionnels  avec des formats compatibles aux téléphones numériques devient ainsi une compétence que tous les journalistes doivent développer quel qu’en soit le média de spécialisation. Les rédactions traditionnelles deviendront des unités de traitement de l’information pour le net comme si tous les médias étaient a priori destinés à produire du contenu pour le web.

la presse à l’ère du numérique