Ayant tenté de violer une fillette (22è dossier): Joël Avohoungbéto écope de 5 ans de réclusion criminelle

Par LANATION,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ayant tenté de violer une fillette (22è dossier): Joël Avohoungbéto écope de 5 ans de réclusion criminelle


23 ans, menuisier, Joël Avohoungbéto est l’accusé du 22ème dossier inscrit au rôle de la deuxième session de la Cour d’assises de Cotonou. Poursuivi pour viol sur mineure, il a comparu hier jeudi 20 août, défendu par Me Alexandrine F. Saïzonou-Bèdiè.

LIRE AUSSI:  Lancement de l’ouvrage « La science du coaching »: Développer les capacités de l’homme et renforcer sa personnalité

La nature des faits de la cause a conduit la Cour à prescrire le huis clos pour la tenue des débats. Les faits se sont produits le 11 mai 2011. Ce jour-là, aux environs de 21h, Joël, demeurant à Bonihocon dans l’arrondissement de Savi, a guetté la sortie de la grand-mère d’une petite écolière couchée toute nue sur un pagne mis à même le sol. Joël a retiré son short, écarté les jambes de la fillette, s’est couché sur elle et a éjaculé entre ses cuisses. Surpris par le retour de la grand-mère, il a pris la fuite en escaladant le mur de la clôture.

Le certificat médical daté du 12 mai 2011 mentionne que la victime ne portait aucune lésion traumatique corporelle et son appareil génital n’a subi aucun dommage. Il n’y a donc pas eu de pénétration sexuelle.
Le rapport d’expertise médico-psychologique daté du 26 juin 2011 révèle que Joël jouissait bien de toutes ses facultés mentales au moment des faits. L’enquête de moralité lui est favorable et son casier judiciaire ne porte mention d’aucune condamnation antérieure.
A l’issue des débats, l’accusé a été condamné à 5 ans de réclusion criminelle pour tentative de viol sur mineure. En détention provisoire depuis un peu plus de quatre ans, il retourne en prison pour moins d’un an.
La cour de céans était composée de Hortense Bada-Padonou (présidente) Olivia Hungbo, Martial Boko (assesseurs) et de Dansou Noël Kounou, Osséni Abiossè, François Koundé et Hounsa Joseph Azankpo (jurés). Badirou Lawani, dans le fauteuil du ministère public, assurait la défense des intérêts de la société. De tous les débats, Me Edouard Zavonon (greffier) a assuré la transcription.

LIRE AUSSI:  Poursuivi pour faux et usage de faux en écriture publique et escroquerie :Cajus Agonhossou condamné à 12 mois avec sursis et acquitté pour la 2e infraction (22e dossier)

Wilfried Léandre HOUNGBEDJI