Baccalauréat 2021: Ceg Adjohoun accueille le lancement dans l’Ouémé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Baccalauréat 2021: Ceg Adjohoun accueille le lancement dans l’Ouémé

Adjohoun BAC 2021

Ils sont au total 1 3681 candidats dont 15 prisonniers au charbon dans le département de l’Ouémé pour le compte de l’examen du baccalauréat session de juin 2021. Les épreuves ont été lancées, ce lundi, au centre du Collège d’enseignement général (Ceg) d’Adjohoun par le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou et le directeur départemental chargé de l’Enseignement secondaire, Dr Bertin Dansou.

LIRE AUSSI:  Baccalauréat 2021: 2 936 candidats affrontent les épreuves dans le Plateau

Le centre d’examen du Collège d’enseignement général (Ceg) d’Adjohoun est à l’honneur ce lundi 21 juin. Il a accueilli le lancement officiel, au plan départemental dans l’Ouémé, du baccalauréat session de juin 2021. Dans ce centre, composent 694 candidats dont 172 de sexe féminin des séries A2, B, C et D, tous répartis dans 22 salles. Ceci, sur un total de 13 681 inscrits dont 5 678 de sexe féminin et 15 prisonniers au niveau de tout l’Ouémé. Ceux-ci sont classés dans 18 centres de composition. Les détenus planchent dans les centres de Danto et de Gomè-Sota dans la commune d’Akpro-Missérété.
Il sonnait exactement 8 h 00 quand le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou, a lancé la première épreuve de composition, celle du français. Elle a donné ce top dans la salle n°4. Mais avant ce lancement, l’autorité préfectorale qui a foulé le sol du centre du Ceg Adjohoun à 7 h 33 min, a prodigué des conseils avisés aux candidats. Il les a invités à donner le meilleur d’eux-mêmes pour hisser le département de l’Ouémé au premier rang au terme du classement national après délibération de l’examen. Elle se réjouit de la bonne organisation de l’examen grâce au calme qui a caractérisé le calendrier scolaire et l’engagement des acteurs de la chaine de conception des épreuves.
«Je vous exhorte à aborder les épreuves sereinement tout en sachant que ce qu’on vous demandera est la compilation de ce que vous avez étudié pendant votre cursus scolaire », a indiqué le préfet de l’Ouémé. « Je voudrais compter sur vous pour que le département de l’Ouémé soit le premier du Bénin au Baccalauréat 2021 », souhaite l’autorité préfectorale.
Le directeur départemental chargé de l’Enseignement secondaire de l’Ouémé, Dr Bertin Dansou, pour la réalisation de ce vœu du préfet, exhorte les candidats à faire preuve d’esprit de synthèse, de précision et de concision dans les réponses. Ils ne doivent donc rien écrire au hasard. Ils doivent, dès lors, faire preuve de rigueur et surtout éviter les ratures et les fautes.

LIRE AUSSI:  Fête des religions endogènes: Prières et sacrifices pour une année apaisée dans l’Ouémé
Rien sur les réseaux sociaux

Dr Bertin Dansou rappelle que l’examen du baccalauréat est une synthèse exhaustive des connaissances majeures et des concepts enseignés durant le cursus scolaire, de la Maternelle en Terminale en passant par le primaire. Il a invité les candidats à travailler avec soin et qualité. Le directeur départemental de l’Enseignement secondaire de l’Ouémé met les surveillants de salle devant leurs responsabilités en leur rappelant qu’ils sont conviés à une mission sensible. Dr Bertin Dansou rappelle avec insistance aux surveillants de salle qu’ils sont astreints à l’obligation de réserve. Ils ne doivent pas manipuler de portables ou envoyer des informations concernant l’examen sur les réseaux sociaux. Le surveillant qui le fera l’assumera et subira la rigueur des textes dans leur totalité, avertit le directeur départemental de l’Enseignement secondaire de l’Ouémé.
Quant aux parents, Dr Bertin Dansou leur demande de prendre les dispositions idoines pour mettre les candidats dans de bonnes conditions d’examen. L’autorité départementale salue, par ailleurs, l’initiative de permettre aussi aux détenus de composer au même titre que les candidats ordinaires. Selon elle, ceci est la preuve que le gouvernement se soucie de la promotion des droits de l’homme et de la réinsertion du citoyen en conflit avec la loi quelles que soient ses conditions sociales.
Après Adjohoun, la délégation préfectorale a visité les centres d’examen de Danto et de Gomè-Sota où composent les 15 prisonniers pour leur remonter le moral.

LIRE AUSSI:  Visite du ministre Serge Ahissou dans l’Ouémé: Remettre à flot les industries à l’abandon