Baccalauréat session de juin 2021: Les candidats exhortés à la sérénité dans le Borgou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun

BAC 2021_Borgou

Après les candidats au Certificat d’études primaires (Cep) et au Brevet d’études du premier cycle (Bepc), ce sont ceux du Baccalauréat qui planchent, depuis ce lundi 21 juin, sur toute l’étendue du territoire national. Au plan départemental dans le Borgou, c’est au Ceg Guéma à Parakou que le préfet, Djibril Mama Cissé, a donné le top de cet examen.

LIRE AUSSI:  Appui à la production vivrière dans l’Alibori, le Borgou et les Collines: Les rendements améliorés sur plus de 29 000 ha

Des 82 938 candidats à la conquête, depuis ce lundi 21 juin, de leur premier diplôme universitaire, 8 768 dont 3 128 femmes et 5 640 hommes sont inscrits pour le compte du Borgou. Ils sont répartis dans 11 centres. Pour les rallier et ne pas être en retard ce lundi, ils ont dû braver la pluie qui continuait de s’abattre sur la plupart des localités du département. Il en est de même pour les 1 198 candidats, tous de la série D, classés au Ceg Guéma à Parakou où était le préfet, Djibril Mama Cissé, pour le lancement au plan départemental.
Il sonnait 8 h au Ceg Guéma lorsque, accompagné des membres de sa délégation, le préfet a donné le top pour la première épreuve, le Français. C’est après s’être assuré, en présence des candidats de l’une des 35 salles de composition ouvertes au niveau de ce centre, de la fiabilité de l’enveloppe contenant l’épreuve.
« Soyez sereins, ne paniquez pas», a-t-il conseillé aux candidats présents dans la salle. Il les a invités à rester concentrés et à se présenter à l’heure dans leurs salles de composition, puis à ne pas oublier de se munir de leurs pièces d’identité et des équipements adéquats, surtout en ces temps de pluie.
« Ce n’est pas un concours, mais plutôt un examen. On a besoin du minimum pour réussir», a fait observer à sa suite le maire Inoussa Chabi Zimé de Parakou, s’adressant également aux candidats.
Avant de procéder au lancement de la première épreuve, c’est aux surveillants de salles que le préfet s’est d’abord adressé. Pour le bon déroulement de l’examen, il les a conviés à mieux appréhender la responsabilité qui leur incombe. «Aucune légèreté ne sera admise», a averti le directeur départemental des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle du Borgou, Abdoul-Hadir Biga. Il les a ensuite appelés à accomplir cette mission républicaine dans les règles de l’art.

LIRE AUSSI:  Vente de manuels non officiels dans les établissements privés: La pratique désormais encadrée