Bassins versants de la Pendjari et du Mékrou : un projet lancé pour la restauration des forêts

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bassins versants de la Pendjari et du Mékrou : un projet lancé pour la restauration des forêts

Les officielles au lancement du projet forests F4F (2)Le compte à rebours a commencé pour les acteurs impliqués dans le projet « Forests4Future Bénin (F4F)

Le projet « Forests4Future Bénin (F4F)» a été lancé, hier mardi 22 mars à Cotonou en vue, entre autres, du développement de chaînes de valeurs de produits forestiers non ligneux et la restauration des écosystèmes dans les bassins versants de certains cours d’eau au nord du Bénin.

LIRE AUSSI:  Célébration de la 31e Journée nationale de l’arbre: Le préfet de l’Atlantique-Littoral met des plants en terre à Dédomé

L’Allemagne et le Bénin se donnent la main pour la restauration des forêts et paysages productifs boisés dans les bassins versants des cours d’eau supérieurs des rivières Pendjari et Mékrou au Nord du Bénin. C’est à travers le projet « Forests4Future » qui a été officiellement lancé, ce mardi 22 mars, par le Prof. Constant Houndénou, au nom du ministre du Cadre de vie et du Développement durable.
En réalité, le projet global F4F est le fruit de la coopération entre le Bénin et la République fédérale d’Allemagne. Il sera un appui de taille à l’engagement du Bénin à restaurer 500 000 hectares de paysages dégradés d’ici 2030. « L’administration forestière se réjouit de ce nouvel appui de l’ambassade d’Allemagne, car il permettra de renforcer ses capacités techniques et institutionnelles, de restaurer les paysages forestiers et des terres dégradées. Aussi, le projet vise-t-il le développement de chaînes de valeurs de produits forestiers non ligneux. Le F4F est créateur d’emplois et de revenus», a souligné le directeur général des Eaux, Forêts et Chasse, Conservateur principal, Rémi Hêfoumè.
Ce projet va s’étendre de janvier 2022 à avril 2024, avec possibilité d’extension en 2026. Il présente de grands enjeux dans un contexte où la dégradation reste une menace au Bénin. Selon les évaluations faites, depuis 1990, près d’un tiers de la surface boisée a disparu. Le taux de déboisement est très élevé, soit 2,5 % par an. Pendant ce temps, les besoins en énergie ligneuse et en surface utile agricole sont croissants. Le contexte du projet et un aperçu de son contenu ont été dévoilés aux acteurs ayant pris part à la cérémonie de lancement.
D’un budget de 2 millions d’euros, il sera mis en synergie avec le projet Agir-Eau de la Giz. Katharina Hecht, première Secrétaire chargée de la Coopération à l’ambassade d’Allemagne, est rassurée des perspectives qui se dégagent, surtout à travers l’engagement du Bénin sur d’autres projets pour la restauration des terres, la réhabilitation des forêts et la protection des ressources en eau. Elle a surtout insisté sur la synergie d’actions entre les acteurs.
En procédant au lancement du projet, le représentant du ministre a remercié la République fédérale d’Allemagne pour son appui avant de revenir sur les enjeux. « Capitalisées et consolidées durablement, les interventions de F4F contribueront aux efforts du Bénin à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de l’ordre 20,15 % à l’horizon 2030 inscrits dans la Contribution déterminée au niveau national (Cdn). A ce titre, il s’inscrit dans la vision du gouvernement en termes de foresterie et surtout de la restauration des terres dégradées pour l’amélioration de la productivité agricole », a souligné Prof. Constant Houndénou. Le projet Forests4Future fait partie de l’initiative dénommée un seul monde sans faim et est mis en œuvre en Ethiopie, au Madagascar, au Togo, au Bénin, au Cameroun et en Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI:  Covid-19 et changement climatique: Les émissions de CO2 rebondissent