Bénin : Le « général Faleti » réclame une mise en liberté d’office

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bénin : Le « général Faleti » réclame une mise en liberté d’office


Interpellé le 23 janvier 2020 puis déposé à la prison civile d’Akpro-Missérété, Prudence Ayodélé Biaou alias « Général Faléti » a saisi la Cour Constitutionnelle pour qu’elle décide de l’inconstitutionnalité de sa détention provisoire.

LIRE AUSSI:  Criet : les dossiers Madougou et Aïvo renvoyés en jugement

« Le Général Faleti » souhaite recouvrer sa liberté. C’est ce qu’il faut comprendre du recours enregistré à la Cour Constitutionnelle le 5 août 2021. Lequel recours fait partie des 15 dossiers inscrits au rôle le jeudi 21 octobre 2021. Il porte sur « l’inconstitutionnalité d’une détention provisoire et demande de mise en liberté d’office ». Aux sages de la Cour présidée par le Professeur Joseph Djogbénou d’examiner le recours et de décider de la suite à lui donner. Pour rappel, Prudence Ayodélé Biaou a été arrêté suite à des actes de violences perpétrés dans certaines localités dont Savè en janvier 2020. Il est poursuivi sur le fondement de l’article 162 du Code pénal. Lequel réprime les actes de terrorisme que constituent notamment l’atteinte à la sûreté intérieure et/ou extérieure de l’État ; l’atteinte volontaire à la vie des personnes, à leur intégrité, ou à leur liberté, ainsi que l’enlèvement ou la séquestration des personnes, les infractions en matière informatique, les infractions à la sécurité de la navigation aérienne, maritime ou au transport terrestre ; la mise au point, la fabrication, la distension, le transport, la mise en circulation ou l’utilisation illégale d’armes, d’explosifs, de munitions, de substances explosives ou d’engins, fabriqués à l’aide de telles substances. Il y a aussi la fabrication, la possession, l’acquisition, le transport, la fourniture ou l’utilisation d’armes nucléaires, chimiques ou biologiques, ainsi que la recherche et le développement illégaux d’armes de destruction massive qui sont constitutifs également d’actes de terrorisme au sens de cet article.

LIRE AUSSI:  Conseil national du parti Moele-Bénin: Jacques Ayadji et le bureau politique sonnent la remobilisation