Bénin : Les pharmacies invitées à dégager de leurs stocks des lots de médicaments impropres à la consommation

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bénin : Les pharmacies invitées à dégager de leurs stocks des lots de médicaments impropres à la consommation


Des lots de paracétamol, d’ibuprofène, d’amoxicilline et des produits artéméther/luméfantrine acquis par des établissements pharmaceutiques et structures sanitaires ne sont pas conformes aux normes requises. Ces derniers ont été invités à retourner les produits indexés aux sociétés de grossistes-répartiteurs pour les dispositions qui s’imposent.

LIRE AUSSI:  Université de Parakou: 115 médecins mis sur le marché de l’emploi

Il s’agit d’un lot de paracétamol comprimé, de trois lots d’ibuprofène comprimé, de cinq lots d’amoxicilline 500mg et de onze lots pour des produits artéméther/luméfantrine comprimé.

Selon les explications fournies par le directeur de l’Agence béninoise de régulation pharmaceutique (Abrp), Dr Yossounon Chabi, dans des correspondances adressées à tous les regroupements des professionnels, structures de formation ou de soins en santé, de même qu’aux autorités sanitaires, aux fabricants eux-mêmes et aux associations de consommateurs, l’Agence a effectué des prélèvements dans certaines officines de pharmacie, sur l’ensemble du territoire national, dans le cadre de la surveillance du marché au Bénin.

Malheureusement, les résultats issus des analyses de ces produits dans un laboratoire préqualifié par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), ne sont pas concluants. Autrement dit, les lots de paracétamol comprimé, d’ibuprofène comprimé, d’amoxicilline 500mg et des produits artéméther/luméfantrine en question ne sont pas conformes aux normes en la matière, et donc impropres à la consommation.

LIRE AUSSI:  Signature d’accord au ministère des Finances: 11 milliards de FCFA au profit de la commune de Tchaourou

Dans ses correspondances, Dr Yossounon Chabi a pris le soin de lister tous les noms et lots des médicaments concernés ainsi que les noms de leurs fabricants.

Compte tenu des risques encourus, la première autorité de l’Abrp exige aux pharmacies de sortir tous les lots des produits en cause de leurs stocks, et de les retourner, sans plus attendre, aux sociétés de grossistes-répartiteurs pour les dispositions qui s’imposent.