Bénin : Trois choses à savoir sur le monument de Bio Guera

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités, Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bénin : Trois choses à savoir sur le monument de Bio Guera


La statue est composée d’une enveloppe faite de fonte (cuivre T3) d’une épaisseur moyenne de 5 mm montée sur une structure en acier ; l’ensemble reposant sur un massif en béton armé . La hauteur totale du monument est de 10 m dont 10 m en longueur, 3 m en largeur et 7 m de hauteur pour la statue elle-même. La masse totale de la statue est de 13 tonnes.

Aux visiteurs du pays, le monument dévoile le symbole d’attachement du peuple béninois à la défense des causes nobles, de sa liberté et de sa souveraineté. Ce sont aussi de nombreuses valeurs qui sont mises ainsi en exergue : la témérité , le courage , la dignité , et l’intégrité.

Qui est Bio Guera?

Le prince Gbaasi N’Guera est né en 1856 de Sabi Yerima et de Yon Gon. Bio Guera était un cultivateur et un marchand qui pratiquait aussi la Chasse. Il a été éduqué à monter à cheval, à manier l’arc et les flèches.C’est un résistant et une « figure de la rébellion » aux côtés des peuples Wasangari, Boowo, Peul et Baatonnu de l’ancien territoire du Barutem qui a lutté contre les privations de liberté, l’impôt, la conscription, le travail forcé, l’oppression coloniale. Il a porté secours aux populations du village de Gbéku contre les exactions des Wasangari de Buanri au sud, Gberudaba et Bouka à l’est.

LIRE AUSSI:  Braquage à Nikki : Cinq blessés et environ 10 millions F CFA emportés

Bio Guera vivait à Gbasi – nord-ouest de Niki lorsqu’éclata la guerre de résistance des Baatombu à la pénétration française. Il participa activement en août 1897 à la guerre dirigée par
Saka Yerima (première occasion d’éprouver son courage) et a, plusieurs fois, mis en échec sur des expéditions l’armée coloniale. ce héros national organisé le siège de Bembéréké puis, avec ses troupes, transféré la guerre à Baura au nord de Bembéréké.

Après presque une année de combat à Baura, traqué, le chef guerrier tomba sous les balles assassines de l’envahisseur colonial, le 17 décembre 1916. Distingué « héros national » en 1975.