Bepc 2021: Ouémé : Les épreuves lancées au Ceg 1 Avrankou

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bepc 2021: Ouémé : Les épreuves lancées au Ceg 1 Avrankou

Le prefet de l'Ouémé distribuant les épreuve du bepc 2021

Le Collège d’enseignement général numéro 1 (Ceg 1) d’Avrankou, a accueilli ce lundi, le lancement officiel au plan départemental dans l’Ouémé, de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), session de juin 2021. La cérémonie a été rehaussée par la présence du préfet Marie Akpotrossou assistée du directeur départemental de l’Enseignement secondaire, Dr Bertin Dansou.

LIRE AUSSI:  Promotion des langues nationales: « Les communes ont un rôle à jouer», selon Coffi C. Codjia, directeur national de l’Alphabétisation

C’est parti depuis ce lundi 14 juin, pour trois jours de composition pour le compte de la phase écrite du Brevet d’études du premier cycle session de 2021. Le top de l’examen a été donné au niveau départemental dans l’Ouémé au Collège d’enseignement général numéro 1 (Ceg 1) d’Avrankou. Ici, 958 candidats dont 476 filles répartis dans 32 salles composent dans le strict respect des gestes barrières contre le Covid-19.
La première épreuve a été lancée à 8 h 00 par le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou. Mais avant ce lancement, l’autorité préfectorale a sillonné quelques salles pour doper le moral aux candidats en les invitant à donner le meilleur d’eux-mêmes. «Le président de la République, Patrice Talon compte beaucoup sur vous ainsi que les ministres, les préfets, les maires, les élus locaux à divers niveaux sans oublier vos parents. Il vous revient maintenant de vous concentrer pour travailler. Vous serez interrogés sur ce qu’on vous demande habituellement. Il n’y a pas à avoir de crainte», a souligné le préfet. Marie Akpotrossou souhaite que le premier au plan national de l’examen sorte de l’Ouémé et surtout du Ceg 1 Avrankou où elle a procédé au lancement officiel des épreuves. Elle se réjouit de constater qu’il y a plus de filles que de garçons candidats dans le département où composent au total, 29 898 candidats dont
15 274 de sexe féminin. Ce qui la rassure, c’est que la bataille pour la scolarisation des filles et leur maintien à l’école est en train de prendre dans l’Ouémé. L’Etat va toujours continuer, à l’en croire, d’œuvrer pour que non seulement le cap soit maintenu mais aussi pour que les filles aillent le plus loin possible dans leurs études.
Le directeur départemental de l’Enseignement secondaire, Dr Bertin Dansou, et le maire de la commune, Gabriel Ganhoutodé, donnent aussi des conseils aux candidats.

LIRE AUSSI:  Pour défaut d’acte de naissance : 142 candidats exclus de l’examen du BEPC dans l’Atacora

Sept prisonniers planchent dans l’Ouémé

25 candidats spéciaux à savoir sept détenus, 17 malentendants et un amblyope composent au Bepc 2021 dans le département de l’Ouémé. Les sept prisonniers planchent au centre d’examen du Collège d’enseignement général numéro 1 (Ceg1) d’Akpro-Missérété et les 18 autres sont répartis dans les centres des Ceg de Dowa à Porto-Novo et d’Adjohoun. Les détenus proviennent des prisons civiles de Porto-Novo et d’Akpro-Missérété.
Les sept sont disposés dans la même salle au Ceg 1 d’Akpro-Missérété et composent dans les mêmes conditions que les candidats ordinaires. Mais à la seule différence que leur composition se déroule sous le regard vigilant des deux Parquets. Le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou, après le lancement du Bepc à Avrankou, a sillonné plusieurs autres centres dont le Ceg 1 d’Akpro-Missérété où elle est allée rehausser le moral aux candidats détenus. Marie Akpotrossou les a invités à ne pas perdre espoir. La situation de prisonnier dans laquelle ils sont actuellement n’est pas irréversible, a-t-elle souligné. Ils peuvent encore apporter beaucoup à la République à travers leur réinsertion qui préoccupe le gouvernement. C’est d’ailleurs pour cela, poursuit le préfet que pour la première fois, les prisonniers ont été autorisés à participer aux examens scolaires dont le Bepc au même titre que les candidats ordinaires. Toutes choses qui montrent que le président de la République se soucie des questions des droits de l’homme, a fait savoir Marie Akpotrossou.