Bilan de la participation du Bénin aux JO, Tokyo 2020: Des performances améliorées à défaut de médailles remportées

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bilan de la participation du Bénin aux JO, Tokyo 2020: Des performances améliorées à défaut de médailles remportées

Noelie Yarigo

Le rideau est tombé, dimanche 8 août dernier, sur les Jeux Olympiques Tokyo 2020, commencés vendredi 23 juillet. Son rêve de voir un de ses représentants remporter enfin une médaille, le Bénin s’est vu dans l’obligation de le remettre à une autre fois. Et à nouveau, les membres de la délégation béninoise sont rentrés au bercail, sur la pointe des pieds. Paris 2024 étant déjà là, il n’y a donc plus de temps à perdre pour la préparation.

LIRE AUSSI:  Planification familiale au Bénin : Le veto persistant des hommes

Le continent africain s’en sort, au terme de la 32e édition des Jeux Olympiques Tokyo 2020, avec un total de 37 médailles, or, argent et bronze confondus. Moins que les 45 décrochées en 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil, elles ne sont l’œuvre que de 13 de ses pays parmi lesquels, le Burkina Faso qui, pour la première fois dans l’histoire de son sport, a remporté une médaille de bronze aux JO, prenant la 77e place au classement. Le Bénin n’a pas connu cet honneur. A Tokyo, il était à sa 12e participation à ces jeux. C’est depuis 1972 qu’il court derrière sa première médaille olympique. La présente édition sur laquelle le rideau est tombé dimanche 8 août dernier, n’aura une fois de plus pas été la bonne.
C’est à croire que, pendant que les athlètes de certains pays viennent à ces jeux avec l’objectif de remporter des médailles, ceux du Bénin n’ont comme souci que d’améliorer leurs performances. En témoignent les résultats de leurs différentes sorties.

A chacun ses objectifs

En effet, éliminé au 1er tour, le skateur Privel Hinkati a été retenu pour la finale E des repêchages en aviron. Sur 32 athlètes participants, il a occupé le 27e rang avec un chrono de 7’38’’58, sa meilleure performance de tous les temps. Viennent ensuite Marc Pierre Pascal Dansou et Nafissath Abéké Radji, tous les deux au 50 m nage libre, en natation. Une seule course dans le bassin olympique et pour les deux, la compétition était finie. Le premier, sur les 73 participants alignés au niveau de sa discipline, s’est contenté de la 53e place. Avant les jeux, le record du Bénin qu’il détenait était de 25’’32. Mais à Tokyo, il a parcouru les 50 m en nage libre avec un temps de 24’’99.
Quant à Nafissath Abéké Radji, elle a été 6e dans sa série sur 8 nageurs. Au classement général, elle s’est retrouvée à la 69e place sur 81 nageurs dans sa catégorie. Elle a amélioré sa performance qui était de 30’’04, avant les jeux. A Tokyo, elle a fait les 50 m en 29’’99.
En atlhétisme, le sprinteur au 100 m, Didier Kiki, s’en est sorti à Tokyo avec un temps de 10’’69 au lieu des 10’’77 réalisées lors du dernier championnat à Porto-Novo, il y a quelques mois. Noélie Yarigo, la spécialiste du 800 m, a réédité son exploit aux JO de Rio, en se qualifiant une nouvelle fois pour les demi-finales. C’est avec un chrono de 2’00’’11, sa meilleure performance de l’année. Mais diminuée par une blessure, elle a couru sa demi-finale en 2’01’’41, se contentant de la 7e place sur 8.
Avec ses contre-performances enregistrées au javelot et au 800 m, Odile Ahouanwannou, 5e au terme de la 1re journée en heptathlon, n’a pas su maintenir le cap. Elle a cumulé 6 186 points. Au classement général, elle a occupé le 15e rang sur les 24 atlètes alignés.
Contrairement à Rio où, après avoir éliminé le Portugais, Célio Dias, au cours de son premier combat, il a été battu par le Suédois Marcus Nyman en huitième de finale, Celtus Williams Abiola Dossou-Yovo, en judo hommes, 90 kg, n’a pas fait mieux à Tokyo. Exempté du 1er tour, il n’a pas tenu devant un adversaire russe, double champion d’Europe en titre.
Dans leur ensemble, les sept représentants béninois ont, au regard de leurs différentes prestations, essayé de tirer leur épingle du jeu. A leur actif, il existe de réels motifs de satisfaction. Presque tous ont réussi à améliorer leur record personnel, puis faire tomber celui du Bénin au niveau de leur discipline sportive. Si tel est l’objectif qui leur a été fixé, ils ont donc honoré leur engagement. Mais était-on en droit d’espérer mieux d’eux ?
En effet, le sport de haut niveau a ses exigences en termes de disponibilité de matériel de travail, d’encadrement, d’organisation et de moyens financiers. Ce que le Bénin ne peut actuellement se permettre, malgré tous les efforts que le gouvernement ne cesse de consentir. Seules les nations qui ont toujours privilégié la préparation de leurs athlètes sur la durée et en fonction des disciplines susceptibles de leur apporter plus de chances de médailles, se sont illustrées au cours des JO.

LIRE AUSSI:  Algérie # Afrique du Sud : le suspense

Le Bénin bien souvent à sa place

Ainsi, avec ses représentants qui ont souvent été très loin des standards recommandés sur le plan international, le Bénin a toujours occupé la place qui lui revenait de droit. Celle de ceux qui admettent avec le Baron Pierre de Coubertin, que l’essentiel est d’y participer.
Les athlètes béninois évoluent dans des disciplines sportives qui ne leur permettent pas d’espérer des médailles, puis de réaliser des performances minimales pouvant les qualifier directement. En dehors de Noélie Yarigo et Odile Ahouanwannou qui doivent leur qualification à leur ranking, le skateur Privel Hinkati, en aviron, était aussi à Tokyo après l’avoir obtenue. Il en est de même pour Celtus Williams Abiola Dossou-Yovo,en judo. Quant à Didier Kiki, il était présent à ces jeux grâce au principe de l’universalité tout comme Marc Pierre Pascal Dansou et Nafissatou Abéké Radji, en natation.
Pour le reste, le Bénin doit son salut au mouvement olympique qui permet à ses représentants de se préparer quand même dans des conditions acceptables. La majorité de ses représentants à Tokyo sont à l’extérieur, grâce aux bourses dont ils bénéficient.

LIRE AUSSI:  Fédération béninoise de Rugby: La course au renouvellement du comité exécutif enclenchée