Bilans moral et financier de l’élection présidentielle: Le juge constitutionnel se laisse juger

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bilans moral et financier de l’élection présidentielle: Le juge constitutionnel se laisse juger

Ouverture du bilan

Vendredi 2 juillet dernier, la Cour constitutionnelle a organisé un séminaire portant sur le bilan de l’élection présidentielle d’avril 2021. A l’occasion, les bilans moral et financier du processus électoral ont été présentés aux représentants des partis politiques, de la société civile et des autres structures impliquées dans l’organisation de la présidentielle.

LIRE AUSSI:  Audition budgétaire à l’Assemblée nationale: Fortunet Nouatin défend un budget de 50 milliards F Cfa

La conduite de la mission constitutionnelle de veille pour le déroulement régulier de l’élection présidentielle d’avril 2021 et la gestion des contentieux électoraux ; la qualité des rapports de la Cour constitutionnelle avec les institutions, les partis politiques et la société civile lors du processus électoral, la communication citoyenne…, autant de sujets abordés lors du séminaire de la Cour constitutionnelle sur le bilan de l’élection présidentielle.
« Chaque mandature ne gère qu’une élection présidentielle. C’est donc l’élection présidentielle gérée par notre mandature que nous soumettons à votre appréciation… Il faut que le juge aussi soit jugé », a déclaré le président de la Cour constitutionnelle avant d’ouvrir les échanges. Le séminaire a porté sur deux principaux axes en l’occurrence le rapport moral et le rapport financier de la présidentielle.
Les bilans moral et financier ont situé les participants sur l’exercice par la Cour des prérogatives qu’elle tient de la Constitution et du Code électoral. En effet, depuis l’avènement du Renouveau démocratique, le Bénin a toujours honoré ses rendez-vous démocratiques de l’élection du président. Le 11 avril 2021, les populations ont procédé pour la septième fois à cet exercice. Mais la particularité est que cette élection s’est déroulée dans un contexte particulier marqué par la modification du code électoral et de la Constitution. Il était donc opportun que la Cour constitutionnelle fasse le bilan de la gestion de la présidentielle dans ce contexte délicat.
Pour Gilbert Bangana, président du Cos-Lepi, il est de bon ton que chaque acteur impliqué dans le processus électoral fasse son bilan.
« Quand vous avez la responsabilité de gérer un processus ou d’être impliqué et qu’il y a des moyens qui sont mis à votre disposition, vous êtes tenus de faire votre bilan. C’est à cet exercice que se livre la Cour constitutionnelle. Ainsi, la Cour s’acquitte d’un devoir, le devoir de reddition de comptes », a soutenu le président du Cos-Lepi. « Cet atelier est important pour chaque parti politique, car il nous permet de mieux cerner le raisonnement de la Cour au cas où nous aurions eu une mauvaise interprétation de telle ou telle décision », va ajouter Marie Noëlle Paraïso, deuxième vice-présidente du parti Moele Bénin.

LIRE AUSSI:  Mis en accusation de deux anciens ministres :Les dossiers Alain Adihou et Armand Zinzindohoué refont surface au Parlement

« La Cour constitutionnelle a été efficiente », selon Gilbert Bangana

« C’est heureux de constater que globalement, ça s’est bien passé. Et ce qui est rare, c’est que cette institution qui a conduit de main de maître le processus électoral a pu faire des économies au-delà des tâches qui lui sont assignées. C’est vraiment ce qu’il importe de retenir. Avec cette période de rareté de ressources, la Cour a pu faire des économies sur les fonds qui lui sont alloués », s’est réjoui Gilbert Bangana, président du Cos-Lépi, au terme du séminaire bilan de la Cour constitutionnelle. Il ajoute : « La mission a été accomplie et les objectifs ont été atteints à moindre coût. Je pense que la Cour a été efficiente ». Pour le président de la Cour constitutionnelle, la Haute juridiction a accompli sa mission avec le souci de rester conforme à la Constitution. Il a exprimé la gratitude de la Cour à la Cena, aux partis politiques et à la société civile pour la bonne collaboration lors du processus électoral. Il rassure de l’intérêt que la Haute juridiction portera aux recommandations des participants pour l’amélioration de la prestation de la Cour lors des échéances à venir.

LIRE AUSSI:  Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération: Emmaüs International renouvelle son accord de siège au Bénin