Blocage du budget 2018 de la mairie de Porto-Novo: Le conseil municipal vote un douzième provisoire

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Blocage du budget 2018 de la mairie de Porto-Novo: Le conseil municipal vote un douzième provisoire


Blocage du budget 2018 de la mairie de Porto-Novo: Le conseil municipal vote un douzième provisoire

Le conseil municipal de Porto-Novo a adopté, vendredi 23 février dernier, un douzième provisoire pour les trois premiers mois de cette année 2018 à savoir janvier, février et mars, le tout pour un montant d’un peu plus de 500 millions de Francs Cfa. Le dossier a été voté par 31 voix pour, 00 contre et 00 abstention.

LIRE AUSSI:  Election présidentielle du 6 mars dernier: Option : rupture ?

Les agents de la mairie de Porto-Novo restés sans salaires depuis deux mois, pourraient enfin toucher leurs dus avec le douzième provisoire adopté par le conseil municipal, vendredi dernier. Cette mesure budgétaire fait suite au blocage du budget exercice 2018 au niveau de la préfecture de l’Ouémé. 

A l’entame des travaux, le maire de Porto-Novo, Emmanuel Zossou, a fait le point au conseil municipal de la situation au niveau de la tutelle, du budget primitif 2018 pourtant déposé à temps. Selon lui, ce budget a été voté le 27 décembre 2017 et déposé avant le 1er janvier 2018, comme l’exigent les textes. Le budget a été présenté à la préfecture de Porto-Novo et approuvé par cette dernière sous réserve de la prise en compte de certains amendements sous huitaine. Lesquels amendements auraient été satisfaits par la mairie, souligne le maire.
Mais grande est la stupéfaction d’Emmanuel Zossou de constater qu’à peine la mairie a-t-elle satisfait aux exigences de la préfecture, qu’une autre liste de recommandations a été envoyée à la mairie par la même tutelle. Il est demandé ici à la mairie de fournir à la préfecture les preuves des différentes délibérations du conseil municipal à l’issue desquelles ont été fixés les primes, les allocations, les indemnités et avantages financiers aux agents et aux élus de la ville. Le maire s’étonne que ce soit seulement de la mairie de Porto-Novo que la préfecture exige de telles pièces avant de prendre l’arrêté préfectoral devant rendre exécutoire son budget 2018. Les autres mairies ont déjà obtenu leurs budgets sans cette « souffrance » que la préfecture tente de faire subir, note le maire de Porto-Novo. Emmanuel Zossou fait observer à ses collègues conseillers que les différents arrêtés financiers accordant primes, indemnités, allocations et avantages financiers aux agents et élus de la mairie jusqu’ici appliqués datent de la première mandature de l’hôtel de ville en 2002. Son équipe n’a rien ajouté, clarifie-t-il avant de regretter que les fouilles dans les archives n’ont pas permis de retrouver les différentes délibérations du conseil municipal qui soutiennent la fixation de ces montants. D’où la tenue, vendredi 23 février dernier, d’une session extraordinaire du conseil municipal pour régulariser lesdits actes financiers réclamés par la préfecture de l’Ouémé. Ce qui a été désormais fait mais pas sans les critiques de certains conseillers municipaux. Ceux-ci, lors des débats, ont déploré le comportement de la préfecture qui en ferait un peu trop. Ils crient à un dilatoire sur fond politique et de non-dits.
Le dossier du douzième provisoire et celui sur la régularisation des délibérations sur les états-financiers devront être envoyés à la préfecture. La mairie de Porto-Novo espère que cette fois-ci sera la bonne et l’autorisation de l’exécution de son budget 2018 lui sera donnée.
Il faut rappeler que ce budget s’élève à la somme de 4 767 974 759 francs Cfa équilibrée en recettes et en dépenses. Il est en réduction de 17,5 % par rapport au budget de 2017 évalué à 5 128 707 436 F Cfa.

LIRE AUSSI:  Pta au titre du 3e trimestre 2018 du Memp: Salimane Karimou invite les cadres à plus d’efforts