Bohicon: Des places publiques baignent dans l’insalubrité

Par zounars,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Bohicon: Des places publiques baignent dans l’insalubrité


Les places publiques sont des espaces sains, de détente, accessibles à tous et contribuent à l’embellissement d’une ville. Mais cela ne semble pas être le cas à Bohicon où elles sont mal entretenues et jonchées de mauvaises herbes et d’ordures.

LIRE AUSSI:  Marche pacifique des centrales et confédérations syndicales du Bénin: Les syndicats réclament le dialogue social pour une meilleure gestion

Le carrefour Zakpo, le jardin public du marché central et la place Sètondji, sont trois grandes places publiques de Bohicon dont l’état laisse à désirer. Le carrefour Zakpo à la sortie nord de la ville est depuis un certain temps occupé par la broussaille qui la rend insalubre. Ceci en dépit du fait que ce carrefour est la place la plus en vue de Bohicon, étant le point central du Bénin par lequel il faut forcément passer pour aller au Sud ou au Nord du pays. Ce mauvais état de la place ternit l’image de la ville carrefour et même celle du pays pour les étrangers.
Ensuite, le jardin public, situé sur la voie quittant le carrefour Mokas pour la ville d’Abomey, n’échappe pas non plus à ce phénomène. Il est occupé, non seulement par des touffes d’herbes, mais pire encore constitue un dépotoir d’ordures et d’ossements de bœufs pour les populations et surtout pour les bouchers qui sont aux alentours.
De même, la place Sètondji, plus récente que les deux premières, subit déjà le même traitement que le carrefour Zakpo à la différence que la végétation y est plus abondante, constituée de hautes herbes et susceptibles d’abriter des reptiles et d’autres types de bestioles nuisibles pour les usagers.
Ce mauvais état des places publiques de Bohicon ne semble guère préoccuper les populations environnantes ni les autorités politico-administratives. Une sensibilisation de la population sur l’importance de l’entretien des places publiques et une lutte implacable contre l’insalubrité à travers des journées hebdomadaires ou mensuelles de salubrité s’avèrent nécessaires face à ce phénomène qui prend de l’ampleur et qui n’honore pas la ville carrefour?

LIRE AUSSI:  Recrudescence des cas de vol dans le Mono : la résidence du préfet n’est pas épargnée

Par Michel MASSESSI (stag) A/R Zou-Collines