Campagne 2019 de recrutement de parrains: Sos Villages d’enfants Bénin en quête de soutien

Par Site par défaut,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Campagne 2019 de recrutement de parrains: Sos Villages d’enfants Bénin en quête de soutien


A travers une conférence de presse animée, hier mercredi 20 novembre, les responsables de Sos Villages d’enfants Bénin ont lancé la campagne de recrutement de parrains édition 2019. Grâce au parrainage, les Villages Sos Bénin disposeront des moyens pour mieux assurer la prise en charge des enfants en situation difficile.

LIRE AUSSI:  Autosuffisance énergétique en Afrique de l’ouest: Mutualiser les moyens pour garantir l’électricité à moindre coût

Créer une famille pour les enfants en difficultés, les aider à bâtir leur propre avenir et à participer au développement de leurs communautés. C’est la mission que s’est assignée l’association Sos Villages d’enfants Bénin. Mais, dans l’accomplissement de cette mission, l’association a besoin de soutien financier aussi bien des particuliers que des entreprises ou organisations à travers le parrainage.
« Les parrains jouent un rôle fondamental dans la vie d’un Village d’enfants Sos», a souligné le directeur national de Sos Villages d’enfants, Salimane Issifou pour monter l’importance des parrains. A l’en croire, les parrains sont des personnes ou des organisations qui donnent de leur temps et leur contribution financière aux enfants à la charge de Sos Villages d’enfants Bénin. Justifiant la pertinence de la campagne de recrutement de parrains locaux, il a indiqué que 85 % des ressources financières de l’organisation proviennent des pays développés. Mais depuis quelque temps, ces pays ne se sentent plus capables de continuer à venir en aide aux enfants en situation difficile d’autres contrées que prennent en charge les Villages d’enfants Sos. « Pour nous, il s’agit d’un défi de souveraineté à relever», a martelé Salimane Issifou afin d’inviter les bonnes volontés à se manifester pour parrainer les enfants. Selon lui, son organisation s’occupe des enfants ayant perdu la prise en charge parentale adaptée dont les orphelins, les enfants abandonnés, les enfants exclus de leurs communautés en raison de l’infanticide rituel. Il s’agit aussi des enfants qui ont des difficultés à vivre dans leurs familles à cause de divers problèmes liés à la santé, l’extrême pauvreté, etc. les interventions se font selon trois types d’actions à savoir la prise en charge de remplacement, le renforcement de la famille et le plaidoyer.

LIRE AUSSI:  Café de la science à l’Université de Parakou:Les résultats des recherches sur les maladies virales émergentes vulgarisés

L’épanouissement des enfants, le leitmotiv

La prise en charge de remplacement, a expliqué Dadja Abalo, coordonnateur national du volet prise en charge de remplacement, désigne un ensemble de dispositifs mis en place pour fournir une prise en charge aux enfants ayant perdu leurs parents. Il s’agit d’une prise en charge à long terme (jusqu’à l’âge de 23 ans) qui consiste à donner une famille aux enfants afin de leur permettre de retrouver la chaleur du foyer. Cela se passe de l’admission à la sortie. Selon Dadja Abalo, il s’agit d’une procédure à plusieurs étapes dont l’identification, la préparation de la famille biologique, de l’enfant et de la mère Sos, le contact avec le juge des mineurs, et l’adoption effective. Mais entre-temps, a-t-il nuancé, l’enfant peut retourner dans son cocon familial si les conditions s’améliorent pour son épanouissement. En matière de statistiques relatives à cette intervention, de 1987 à ce jour, 170 jeunes sont sortis de Sos Villages d’enfants Bénin dont 150 ayant un emploi, soit 88, 23 %.
On y compte des militaires, des douaniers, des ingénieurs, des médecins mais aussi des menuisiers et autres artisans.
Quant au renforcement de la famille, il consiste, selon Albert Djidohokpin, conseiller national, à prendre en charge les enfants au sein de leurs communautés. Il vise à assurer l’accès aux services essentiels tels que les soins médicaux, la scolarité, à développer les capacités professionnelles des personnes en charge des enfants. De 2004 à 2019, ils sont 3040 enfants à en bénéficier. Aujourd’hui, 1805 enfants en bénéficient dont 649 à Abomey-Calavi, 605 à Dassa-Zoumé et 551 à Natitingou.
A travers le plaidoyer, a fait savoir Innocente Sacca, les Sos Villages d’enfants Bénin mettent un accent particulier sur la protection et la sauvegarde de l’enfant. Dans ce cadre, ils s’engagent à créer et à maintenir un environnement protecteur qui promeut ses valeurs fondamentales et empêchent l’abus et l’exploitation des enfants, a expliqué Innocente Sacca, directrice du programme Sos Natitingou.
Au sujet du parrainage et ses modalités, Georges Koda a révélé qu’il y a le parrainage assuré par les individus et le parrainage par les entreprises ou organisations. Selon lui, un individu peut parrainer un enfant des familles Sos avec 5000 F Cfa/mois, ou une famille Sos pour 8000 F Cfa/mois ou une famille d’origine pour 8000 F Cfa/mois. En ce qui concerne les entreprises, elles doivent débourser 600 000 F Cfa par an pour le parrainage ordinaire et 2 000 000 F Cfa pour le parrainage premium. Le versement se fait soit par le virement bancaire, soit à la caisse d’un village d’enfants, ou autres.
A la fin de la conférence de presse, les hommes des médias ont visité les maisons familiales Sos n

LIRE AUSSI:  Atténuation des impacts du Covid-19: Des producteurs appuyés pour assurer la sécurité alimentaire