Campagne tolérance zéro au mariage des enfants: De nouveaux engagements pour des actions concrètes

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Campagne tolérance zéro au mariage des enfants: De nouveaux engagements pour des actions concrètes


Des acteurs impliqués dans la campagne tolérance zéro au mariage des enfants dans le Borgou, ont fait une évaluation des actions menées, ce jeudi 5 juillet à la préfecture de Parakou. Ils ont réaffirmé, à l’occasion, leur engagement à plus d’actions concrètes sur le terrain, en présence des ministres en charge des Affaires sociales de l’Economie numérique, du préfet du Borgou, ainsi que du représentant de l’Unicef au Bénin.

LIRE AUSSI:  Accord de coopération entre le Bénin et le Gabon: Cotonou et Libreville conviennent d’un accord pour protéger l’enfance

La lutte contre le mariage des enfants reste une préoccupation majeure au Bénin. Dans le Borgou, le phénomène a atteint un niveau inquiétant. C’est ainsi qu’ayant pris conscience des défis à relever, après le lancement de la campagne tolérance zéro sur le plan national contre ce phénomène, les représentants des royautés et chefferies traditionnelles, les femmes leaders du département ont décidé d’accompagner le gouvernement. C’était à l’issue d’un colloque tenu le 9 février dernier à Parakou. Les actions menées et les résultats enregistrés sont passés en revue au cours d’une rencontre, ce jeudi 5 juillet à la préfecture de Parakou, avec la participation du ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Bintou Taro Adam Chabi, accompagnée de sa collègue de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Soulé Adam Zoumarou, et du représentant de l’Unicef, Dr Claudes Kamenga.
Après le lancement officiel de la campagne tolérance zéro au mariage des enfants le 16 juin 2017 à Cotonou, suivi de celui déconcentré, le 6 juillet 2017 à Parakou, plusieurs actions ont été initiées pour l’atteinte des objectifs dans le Borgou. « Mieux, les différents leaders présents ont pris un engagement collégial et collectif, celui de mobiliser les communautés à prendre conscience du phénomène de l’abus sexuel sur les enfants, y compris leur mariage », a rappelé le ministre Bintou Taro Adam Chabi. Ils ont également promis, selon elle, de prévenir les risques qui y sont liés, de dénoncer les auteurs et les complices de ce mal, afin de l’éradiquer, de protéger les enfants à risques exposés ou ayant subi une violence sexuelle. Elle a remercié l’Unicef et le Royaume de la Belgique, pour leurs appuis.
Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, a vu à travers les actions déjà entreprises sur le terrain la preuve manifeste qu’il y a de plus en plus une prise de conscience. Il reste, insiste-t-elle, à les intensifier. Elle a promis l’engagement de son département ministériel à œuvrer pour que la problématique du mariage des enfants soit effectivement à un niveau de tolérance zéro. Ce fléau, fera-t-elle observer, n’est pas seulement préjudiciable aux enfants qui en sont victimes, mais aussi au développement de tout le pays.
Selon le représentant de l’Unicef au Bénin, des progrès ont été réalisés. Il s’est réjoui de l’importance accordée au travail de sensibilisation et de l’implication des églises et des mosquées dans la lutte. Après avoir appelé à plus d’engagement et à plus d’actions, Claudes Kamenga a plaidé pour qu’ensemble, l’on passe de la sensibilisation à la dénonciation et à la sanction. Il a réitéré l’engagement de l’Unicef à accompagner les efforts du gouvernement pour éradiquer ce fléau qui ne fait que reculer le bonheur des filles.
Le préfet Djibril Mama Cissé a rassuré de sa disponibilité et de celle des maires des communes sous sa tutelle, à œuvrer pour la réussite de la campagne dans le Borgou. Il a, par ailleurs, exprimé sa gratitude à tous les acteurs qui y sont impliqués pour mettre un terme aux violences à l’égard des enfants et aux mariages précoces et forcés.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le mariage précoce: Des leaders de l’Atacora s’engagent