Cantines scolaires: Plus d’un million d’enfants alimentés au quotidien

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cantines scolaires: Plus d’un million d’enfants alimentés au quotidien


Sur tout le territoire national, les apprenants ont accès aux cantines scolaires depuis lundi 19 septembre dernier, jour de la rentrée des classes. Chaque jour, c’est plus d’un million d’enfants qui sont alimentés dans les écoles.

LIRE AUSSI:  Passeports diplomatiques et de service biométriques: Le Bénin en retard prend des dispositions

« L’autre défi du gouvernement, c’est de rendre les cantines scolaires fonctionnelles dès le démarrage des classes ». Ce challenge annoncé par Wilfried Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement, est relevé. Depuis lundi dernier, dès la reprise des cours pour le compte de l’année scolaire 2022-2023, les cantines ont commencé à mettre leurs menus à la disposition des apprenants. Au quotidien, c’est plus d’un million d’enfants qui reçoivent des repas chauds dans ces cantines, a précisé le secrétaire général adjoint du gouvernement lors du point de presse tenu, ce mercredi, après le Conseil des ministres. Il ressort donc que non seulement les cantines scolaires ont ouvert plus tôt par rapport aux années antérieures mais que le nombre de bénéficiaires s’est sensiblement accru. Ce qui n’est que la conséquence logique des actions planifiées par le gouvernement pour favoriser l’accès et la rétention des enfants à l’école.
En effet, le taux de couverture en cantines scolaires est passé de 29 % en 2017 à 51 % en 2021, puis à 75 % en 2022. Ceci, grâce à l’extension du Programme national d’alimentation scolaire intégrée (Pnasi) qui vise la rétention des enfants à l’école et l’amélioration de la mobilisation communautaire autour des cantines scolaires.
En février dernier, le ministre des Enseignements maternel et primaire annonçait déjà l’atteinte d’un niveau élevé de l’alimentation scolaire. « Cette année, le gouvernement s’engage à augmenter la couverture du programme à plus de 75 % et d’ici 2026, chaque enfant du Bénin dans toutes nos écoles primaires publiques aura un repas chaud chaque jour de l’école », annonçait Salimane Karimou.
Depuis l’avènement du régime de la Rupture, le programme des cantines scolaires connaît un regain. En Conseil des ministres, mercredi 19 janvier dernier, le gouvernement a encore instruit le ministre de l’Economie et des Finances de mettre à disposition, dans le cadre du partenariat avec le Programme alimentaire mondial (Pam), les ressources nécessaires qui s’élèvent à
153 850 098 105 F Cfa sur les cinq prochaines années scolaires pour l’extension du Programme national d’alimentation scolaire intégrée (Pnasi).
Sur ce montant, 15 623 210 000 F Cfa ont servi à assurer l’extension du programme au cours de l’année scolaire écoulée. Ensuite,
31 241 510 000 F Cfa seront investis pour l’année scolaire en cours puis 29 010 000 000 F Cfa pour chacune des trois années suivantes.
Cette détermination du gouvernement fait déjà écho auprès des Partenaires techniques et financiers aussi bien au Bénin qu’à l’extérieur. Lors d’une visite à Cotonou en février dernier, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (Pam) a décerné un satisfecit au chef de l’Etat Patrice Talon et à tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce programme. « Il n’y a pas meilleur investissement que celui dans la scolarisation des enfants », avait déclaré David Muldrow Beasley.
A plusieurs reprises, des ministres et autres acteurs concernés par les cantines scolaires ont présenté leur utilité pour l’économie nationale en dehors des impacts directs qui peuvent être observés au niveau du taux de scolarisation.
En réalité, les cantines scolaires constituent un véritable moteur de croissance économique. D’abord, elles favorisent l’augmentation de la production agricole puisque les produits sont acquis essentiellement sur le marché local. Ensuite, plusieurs emplois directs et indirects sont créés pour servir les plats aux enfants dans les écoles.
Par ailleurs, la maîtrise des mets consommés par les apprenants dans les écoles permet de limiter les maladies notamment celles diarrhéiques, avait soutenu le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, lors d’une intervention dans les médias?

LIRE AUSSI:  Acquisition de kits de réception de la Tnt : La contractualisation avec les sociétés autorisée