Causerie initiée par le mouvement politique « Minandjangodo »: Les actions du président Talon expliquées aux populations

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Causerie initiée par le mouvement politique « Minandjangodo »: Les actions du président Talon expliquées aux populations


Des responsables du mouvement s’expliquant

Les responsables du mouvement politique « Minandjangodo » ont initié, samedi 16 juin dernier à Cotonou, une causerie débat pour échanger avec les populations et partager avec elles, ce qu’ils ont appelé « la vraie version » sur certaines actions du chef de l’Etat. L’initiative vise à freiner l’élan que prend l’intoxication notamment sur les réseaux sociaux, ont-ils expliqué.

LIRE AUSSI:  Reboisement de la forêt classée de Sèmè-Podji: La Société générale Bénin met en terre 6100 plants

Chants et slogans pour magnifier les actions du président Patrice Talon, louer son courage et saluer ses réformes pour le bien-être des populations. C’est ainsi que les responsables du mouvement politique « Minandjangodo » ont démarré la journée d’échange qu’ils ont initiée à l’endroit de la population de Cotonou et d’autres localités pour mieux leur expliquer les « actions mal interprétées » du président de la République. « Le chef de l’Etat travaille dans le calme, mais la rue intoxique les populations ; des personnes mal intentionnées utilisent les réseaux sociaux pour tordre le cou à la vérité et manipulent les populations », s’est insurgée la présidente dudit mouvement, Irène Françoise Béhanzin. « Entre ce que vous entendez et ce qui est, il y a un fossé et il convient de vous l’expliquer », poursuit-elle. L’essentiel à retenir, selon elle, des deux premières années de gouvernance du chef de l’Etat, c’est que « Le Bénin est en chantier et cela n’est pas prêt de s’arrêter ». 

LIRE AUSSI:  Dr Arel D. Zannou, président du patronat des start-up du Bénin: « On peut aller à des centaines de milliers d’emplois »

L’objectif de la causerie n’est ni de louanger encore moins de déifier le président Patrice Talon, nuance Eugène Albert Rodriguez. Bien au contraire, fait-il savoir, il s’agit de faire le point des grandes réalisations entamées sous lui et de scruter le niveau de réalisation du programme d’action du gouvernement. Là-dessus, les signes sont au vert et les fruits suivront la promesse des fleurs, apprécie-t-il.
Enseignant de formation, Eugène Albert Rodriguez salue tout particulièrement les innovations touchant à son secteur d’activité. Il dit être convaincu que l’école béninoise se porte mieux aujourd’hui que par le passé, car de nombreuses réformes y ont été introduites. La dernière illustration en date de l’engagement du régime Talon au profit d’une éducation de qualité, apprécie-t-il, ce sont les mesures prises lors du dernier Conseil des ministres par rapport à la restauration, à l’hébergement, au déplacement et aux soins de santé des étudiants des universités publiques.
Ezéchiel Lissassi, un autre responsable du mouvement, est largement revenu sur ce qu’on pourrait qualifier d’« Affaire suppression de l’essence de contrebande ». Cette mesure est plutôt une disposition du nouveau Code pénal et non une décision unilatérale du président de la République de mettre les acteurs de ce commerce au chômage, rectifie-t-il. Et de poursuivre que le président Patrice Talon travaille à la reconversion desdits acteurs. « Ils seront pour la plupart réintégrés dans un circuit plus formel et exerceront en toute légalité », laisse-t-il entendre. Les actions du gouvernement et la lecture qu’il faut en faire, il en a été également question au cours des interventions d’autres responsables du mouvement « Minandjangodo » comme David Gnanhoui Rodriguez et Mathias Vigan.
Du côté des populations, la séance aura été bénéfique, assure-t-on. Elle a permis par exemple à dame Audrey Kpodo, revendeuse à Cotonou, « de comprendre que beaucoup de mensonges circulent sur les réseaux sociaux contre les actions du président ». Pour y remédier et aider les populations à ne plus succomber à l’intoxication, elle suggère « que de telles rencontres se tiennent à intervalles de temps réguliers ».