Célébration des religions endogènes : le Vodoun magnifié dans toute sa diversité dans l’Ouémé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Célébration des religions endogènes : le Vodoun magnifié dans toute sa diversité dans l’Ouémé

Le Vodoun magnifié dans toute sa diversité dans l’OuéméCarnet de vaccination contre la Covid-19 au cou, les adeptes du vodoun Houngno ouvrent le bal du défilé des divinités

Dans l’Ouémé, les festivités officielles de l’édition 2022 de la fête nationale des religions endogènes ont drainé, hier lundi 10 janvier, des milliers de dignitaires et adeptes du culte vodoun. Ils sont venus très nombreux et parés de leurs plus beaux accoutrements pour magnifier leurs divinités et rendre hommage aux valeurs ancestrales.

LIRE AUSSI:  Reprise des cours dans le contexte du Covid-19: Vigilance attendue de toutes parts !


Le site départemental du culte vodoun à Malanhoui dans la commune d’Adjarra était noir de monde, hier lundi 10 janvier. Dignitaires et adeptes du culte vodoun n’entendaient pas se faire conter l’édition 2022 de la fête des religions endogènes du Bénin. La cérémonie de lancement des manifestations a connu la présence de plusieurs autorités politico-administratives.
Pour le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou, cette fête est la commémoration des valeurs cultuelles et culturelles du Bénin. Il s’agit de ce que le Bénin a de plus cher. Car, aucun arbre ne peut vivre sans ses racines. L’autorité préfectorale encourage les dignitaires et adeptes des religions endogènes à persévérer dans l’effort de hisser davantage haut le flambeau de la promotion des us et coutumes béninois. Marie Akpotrossou a surtout exhorté les acteurs des religions et cultes endogènes du département de son ressort à l’unité et à l’amour, pour promouvoir davantage le vodoun et les valeurs ancestrales. Elle a invité les dignitaires et adeptes à se faire vacciner contre la Covid-19 et à sensibiliser aussi leur entourage à le faire. Le préfet de l’Ouémé a saisi l’occasion pour appeler la population à contribuer à la lutte contre l’extrémisme violent avec l’incursion des djihadistes sur la terre béninoise, notamment au nord-ouest du Bénin. Elle demande aux populations de dénoncer à la Police toute personne suspecte dans leurs localités.
Pour le maire de Porto-Novo, Charlemagne Yankoty, c’est conscient de la valeur que représente le Vodoun que son conseil municipal a décidé de poursuivre l’organisation du Festival international de Porto-Novo (Fip) initié sous la mandature précédente. L’évènement qui en est à sa cinquième édition vise à révéler davantage les valeurs cultuelles et culturelles du Bénin, a-t-il insisté.
Le maire d’Adjarra, Germain Wanvoègbè a abondé dans le même sens. Selon lui, le Vodoun est un facteur de richesse et de développement. Il constitue une niche d’opportunités pour l’économie locale. C’est pourquoi, a-t-il indiqué, son conseil communal a inscrit au nombre de ses priorités plusieurs projets pour la valorisation des richesses culturelles et cultuelles de la commune. Toutefois, Germain Wanvoègbé a invité les acteurs des religions endogènes à travailler pour extirper de leurs rangs les brebis galeuses afin de gagner davantage la confiance de la population. Selon lui, le Vodoun ne fait pas le mal, il protège la vie et incarne le bien. Le Vodoun ne se nourrit pas de sang humain, a rectifié le maire d’Adjarra pour inviter les dignitaires des religions endogènes à assainir leur milieu pour le bien de la société.
Le président départemental des cultes endogènes du Bénin, Sètondji Adanklounoun, a expliqué que le Vodoun se réclame comme un moyen de communication avec toutes les divinités suprêmes. Il est la mère de toutes les religions au Bénin en dépit des préjugés dévalorisants. Sètondji Adanklounon assure travailler pour séparer le bon grain de l’ivraie. Saisissant l’occasion, il a salué les efforts du président Patrice Talon pour le rayonnement des cultes vodoun à travers la constitutionnalisation des chefferies traditionnelles.
Le clou de la cérémonie a été la consultation publique de l’oracle, comme tous les ans, pour savoir sous quel signe sera la nouvelle année dans le département de l’Ouémé. La consultation a révélé le signe « Tchè Gouda» qui recommande pour l’année 2022 beaucoup de prudence au sein des couples et au travail. Les manifestations se sont achevées par des réjouissances populaires ponctuées de la parade des différentes divinités.

LIRE AUSSI:  Résorption de la crise énergétique: Boni Yayi visite les groupes Aggreko