Célébration du 15 août: Savalou, la fête de plus en plus plombée

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Célébration du 15 août: Savalou, la fête de plus en plus plombée

Palais de savalou

Dans un environnement de crise sanitaire et de crise de succession au trône, la célébration de la fête patronale, 15 août à Savalou, est de plus en plus monotone. Même si cette fête identitaire ou culturelle continue de faire effet dans les esprits, la réalité laisse un arrière-goût fade dans une ville de Savalou au visage veule.

LIRE AUSSI:  Rencontre du président du Ces avec les centrales et confédérations syndicales: Un pas vers le dégel de la fronde sociale

Comme tous les mois d’août à Savalou, ce jour, le ciel est lourd et même couvert par endroits. Les collines qui ceinturent la ville sont à peine perceptibles. Ici, on sait braver le froid d’août à la faveur de la sortie de la nouvelle igname. Seulement, depuis quelques années, la célébration de la sortie de la nouvelle igname ou la fête du 15 août à Savalou n’est plus ce qu’elle était. La sempiternelle crise de succession au trône à laquelle s’est ajoutée la crise sanitaire a définitivement plombé la fougue qui entoure cette fête qui faisait de Savalou une terre d’attraction, ne serait-ce que l’espace d’une semaine. Les crises fratricide et sanitaire ont désormais façonné un nouveau visage au 15 août. Et plus rien n’est comme avant. Cette communauté Mahi est bien loin désormais des fêtes de 15 août célébrées par sa majesté feu dada Gbaguidi Tossoh XIII, ancien roi de Savalou et qui lui conférait une envergure nationale et même sous-régionale. Autrefois le cœur même des manifestations publiques, le palais royal reste aujourd’hui fermé. La crise entre les familles princières n’a pas encore permis d’avoir un locataire pour les lieux restés, par ailleurs, longtemps sous scellés par précautions judiciaires. Toutefois, certaines sources proches dudit palais assurent que les choses sont en train d’être mises en place pour désigner un nouveau roi.
Pour rompre avec cette monotonie qui caractérise désormais la fête du 15 août à Savalou, quelques associations organisent des réjouissances populaires. Mais elles ont toujours du mal à prendre. Seuls les marchands qui tentent malgré tout d’envahir les grandes artères pour proposer des articles au public peuvent encore se permettre le sourire pour quelques instants. Leur présence sur ces artères console ceux qui viennent des bourgades environnantes.
De plus en plus, chaque famille fait ce qu’elle a à faire pour célébrer la sortie de la nouvelle igname, loin de la crise sanitaire et du conflit des lignées royales. Et comme si cela ne suffisait pas, la rareté des pluies a aussi agi sur la production de l’igname cette année. Une situation qui influe négativement sur l’offre des tubercules et qui repousse bien des envies d’achat.

LIRE AUSSI:  Les jeunes élèves dans les exploitations techniques de la Sbee:Promouvoir l’égalité dans le domaine de l’énergie électrique