Célébration du 1er août 2022 à Cotonou : La patrie a eu raison des clivages politiques

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Célébration du 1er août 2022 à Cotonou : La patrie a eu raison des clivages politiques

Célébration du 1er août 2022 à Cotonou

Une nation unie en dépit de ses différends internes. Le monde entier en a été témoin à l’occasion des manifestations marquant la célébration du 62e anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale. Ce 1er août 2022, sur le boulevard de la Marina, il n’y avait ni opposition ni mouvance.

LIRE AUSSI:  Réforme de la décentralisation: Les acteurs de la gouvernance locale apprécient

Les querelles politiques ont disparu le temps de la célébration de la patrie. A l’occasion du 62e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale, le Bénin a prouvé à la face du monde, une fois encore, que ses filles et fils savent se surpasser. Ont assisté au défilé militaire, aux côtés de Patrice Talon sur l’Avenue de la Marina, les anciens présidents Boni Yayi et Nicéphore Soglo. Une image qui a tôt fait dire à certains analystes de l’actualité politique que c’est le signe d’une décrispation, en référence à la crise politique née des élections tenues ces dernières années. Mais en vérité, rien ne vaut la patrie.
Henri François d’Aguesseau disait : « L’amour de la patrie est le plus généreux des sentiments, c’est celui qui a produit le plus de grands hommes, et qui a fait naître ces héros antiques, dont l’histoire étonne tous les jours notre imagination et accuse notre faiblesse ». Le boycott de la célébration de la fête de l’indépendance, imposé au peuple jadis, du fait des clivages politiques, manquait d’élégance. En tout cas, ce 1er août 2022, les lignes ont bougé. Même l’aile dure de l’opposition au régime de Patrice Talon a répondu favorablement à l’invitation du Chef de l’Etat pour assister au défilé militaire.

Des motifs de fierté

« Nous faisons l’option d’honorer la République et notre drapeau national », avait indiqué un communiqué du parti Les Démocrates, le 31 juillet, annonçant la présence de ses leaders au défilé. Chose effective. Sur l’Avenue de la Marina, ce 1er août 2022, il n’y avait ni opposition ni mouvance. Les clivages politiques ont laissé place à de chaudes poignées de mains et des accolades. Patrice Talon presque dans les bras de Nicéphore Soglo, l’image a fait forte sensation. Placée sous le sceau de l’unité nationale, l’édition 2022 de la commémoration de l’accession du pays à la souveraineté internationale a tenu toutes ses promesses. La veille du défilé, la même convivialité s’est manifestée à l’inauguration des monuments dédiés aux héros nationaux, à savoir Bio Guéra, les Amazones et les Dévoués à la patrie. « Il est temps d’être conscients et fiers de ce que nous sommes le Bénin, la fusion aboutie de ces anciens grands royaumes… Nous convaincre qu’à l’instar de toutes les grandes nations constituées, les heurs et les malheurs ne sont pas un obstacle à l’unité, à la grandeur et au partage des valeurs », a déclaré Patrice Talon. Au lendemain de la célébration de ce 1er août 2022, l’hôte du palais de la Marina va insister sur cette unité nationale, dans une adresse postée sur sa page Facebook ce mercredi 3 août. « Ces moments d’union et de concorde, marqués par un sentiment légitime de fierté collective, achèvent de convaincre qu’avec de la volonté et de la rigueur, mus par notre nouvel état d’esprit, nous sommes capables de faire de grandes et belles choses. C’est cela qui me rend si fier de notre pays mais aussi fier de chacun de vous », a insisté Patrice Talon.

LIRE AUSSI:  Communales du 17 mai à Cotonou: Des électeurs peinent à retrouver leurs centres de vote

Du chemin parcouru

En quelques mois seulement, le Bénin a fait du chemin dans le sens de la décrispation de la situation sociopolitique. La République a retrouvé sa place. La patrie s’en sort grandie. Chacun y a mis du sien et du soin. Les premiers signes ont germé à la célébration du retour des trésors royaux restitués par la France et exposés à la présidence de la République. Plusieurs personnalités dont l’ancien président Nicéphore Soglo ne se sont pas fait prier pour honorer la mémoire de ces héros, dont les prouesses jalonnent des pages d’histoire d’ici et d’ailleurs. Il s’en est suivi une série d’audiences au palais de la Marina, où Patrice Talon a reçu aussi bien les présidents d’institutions que ses prédécesseurs avec qui les rapports n’ont pas toujours été des plus conviviaux. Mieux, il a fait le vœu de formaliser ce cadre d’échanges entre les anciens présidents de la République et celui en exercice. A la suite de ces audiences, plusieurs personnes arrêtées dans le cadre des violences électorales et se réclamant de l’opposition ont recouvré leur liberté. A la commémoration du 62e anniversaire de l’indépendance du pays, la dynamique va se poursuivre. Le symbole de l’unité nationale a prévalu.

LIRE AUSSI:  Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets de l’UEMOA: Faire le point de l’exécution des engagements pour améliorer les performances

Une note d’espoir

« J’ai la certitude que si nous maintenons cette dynamique sans désemparer en travaillant encore et encore, si la même dose de patriotisme nous habite toujours, le meilleur est à notre portée et rien ne peut nous empêcher de l’obtenir », a écrit Patrice Talon sur sa page Facebook. Un pays ne peut véritablement amorcer son développement que dans l’union de ses fils. A juste titre, l’hôte du palais de la Marina en appelle à l’engagement de chacun. « Je ne doute pas que chacun de nous, plus que par le passé, fera preuve d’un engagement sans faille au service du Bénin. C’est à ce prix que nous le bâtirons de plus en plus grand, de plus en plus attrayant, offrant de meilleures conditions de vie à toutes et à tous », va-t-il faire savoir tout en affirmant sa détermination à écrire « d’ici à 2026, de plus belles pages encore de notre histoire commune ».
Patrice Talon n’est pas le seul à nourrir cet espoir de voir se poursuivre ces moments de communion, pour la construction de l’édifice Bénin. Me Robert Dossou, ancien président de la Cour constitutionnelle, en a également formulé le vœu au terme du défilé militaire : « Je suis gonflé d’espérance lorsque j’ai vu le tableau du défilé, lorsque j’ai observé dans la tribune présidentielle tous ceux qui ont été invités. J’espère que tout ce qui me gênait hier va s’éclipser au fur et à mesure pour que la quiétude et la relaxation reviennent au sein de la population béninoise ». Du marxisme-léninisme au régime démocratique en passant par la Conférence nationale des forces vives de la nation de févier 1990, le Bénin a toujours su, au carrefour de son histoire politique, faire le grand saut. Jean Jaurès, cet homme politique du XXe siècle nous renseigne que : « L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir »?