Célébration en différé de la Journée mondiale des réfugiés: L’inclusion, une réalité au Bénin

Par LANATION,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Célébration en différé de la Journée mondiale des réfugiés: L’inclusion, une réalité au Bénin

HCR_vue d'ensemble

Les réfugiés résidant au Bénin se sont réunis à l’Infosec à Cotonou pour célébrer la Journée mondiale des réfugiés. Elle est placée sous le thème « Ensemble, on se soigne, on apprend, on rayonne ».
Selon Guillaume Houmpehet, président du Bureau central des refugiés, avant même que ce thème ne soit choisi, l’inclusion est déjà une réalité qu’ils vivent au quotidien avec le peuple béninois. « Nous sommes des réfugiés urbains et nous avons accès à l’éducation ainsi qu’aux avantages sociaux parmi lesquels la santé et le sport au même titre que les Béninois », souligne-t-il. Il confirme qu’ils sont traités comme des nationaux et qu’ils ont beaucoup à apporter au peuple béninois qui est d’une hospitalité légendaire. Guillaume Houmpehet donne pour preuve l’exposition commerciale d’articles et d’objets d’art de toutes sortes fabriqués par les réfugiés résidant au Bénin.
Alassane Séidou, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, fait savoir que le Bénin a fait d’énormes progrès par rapport à l’inclusion des 1 405 réfugiés qui vivent sur le territoire béninois. En effet, le 17 février 2021, le gouvernement béninois a transmis à l’Assemblée nationale pour examen et vote un projet de loi pour renforcer la protection du réfugié et faciliter son inclusion.
En attendant l’aboutissement de cette démarche, le gouvernement veille à l’application sans faille de l’ordonnance n° 75-41 du 16 juillet 1975 portant statut des réfugiés qui pose déjà le principe de cette inclusion.

LIRE AUSSI:  Programme Energie et Microfinance de Cidr-Pamiga: Près de 13 000 produits solaires distribués dans trois pays

Un contexte particulier lié au Covid-19

La célébration de la Journée mondiale des réfugiés est une occasion particulière pour réfléchir sur le fait que des millions de familles ont été forcées de quitter leurs pays à cause de la violence et de la persécution. C’est donc une journée pour honorer la résilience et le courage des réfugiés. Mais malheureusement, pour une deuxième fois, la célébration de cette journée intervient dans un contexte particulier marqué par la pandémie du Covid-19. Selon les chiffres du Haut-commissariat des réfugiés, en 2020, dans certaines parties du monde la pandémie a entravé la circulation des personnes. Dans d’autres régions, près de 84 millions de personnes ont fui les guerres, les violences et les persécutions. Malgré la pandémie, le nombre record de 79 millions de personnes déplacées en fin d’année 2019 a encore augmenté de 04 %. L’inclusion est donc essentielle pour lutter contre la pandémie et construire une reprise résiliente et des sociétés plus fortes.
Face à la pandémie, Guillaume Houmpehet appelle à une solidarité agissante, car « c’est ainsi que nous pouvons recréer un monde d’espérance dans lequel nous rayonnerons tous», conclut-il.
Pour finir, le ministre de l’Intérieur a invité les réfugiés à continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières ainsi que tous les textes législatifs et réglementaires en vigueur en République du Bénin.

LIRE AUSSI:  Chambre de commerce et d’industrie du Bénin: Réformes et mesures pour l’essor des affaires

 

Par Ulrich AKPOVO (Stag.)