Céna: Soulé Boukari Abou renvoyé à ses fonctions

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Céna: Soulé Boukari Abou renvoyé à ses fonctions


Prestation de serment de Soulé Boukari Abou devant les membres de la Cour constitutionnelle

Devant les membres de la Cour constitutionnelle et lors d’une audience solennelle ainsi que le requiert le Code électoral en vigueur en son article 25, le remplaçant de feu Moïse Bossou à la Commission électorale nationale autonome (Céna), Soulé Boukari Abou, a prêté serment, hier mardi 2 octobre. Il se dit déterminé à remplir, aux côtés de l’équipe en place, les missions dévolues à la Commission.

LIRE AUSSI:  Audiences avec les sages, notables, roi, cadres et personnalités de la commune de Tchaourou: Le message de sa majesté ADETUTU ONISHABE

« Je jure de bien remplir fidèlement et loyalement, en toute impartialité et équité les fonctions dont je suis investi, de respecter en toutes circonstances les obligations qu’elles m’imposent et de garder le secret des délibérations auxquelles j’ai pris part », s’est engagé le nouvel membre de la Céna, Soulé Boukari Abou, en présence des sept sages de la Cour constitutionnelle. L’audience solennelle qui a consacré sa prise de fonction s’est tenue dans la salle Mgr Isidore de Souza de la Cour constitutionnelle en présence de personnalités dont des membres de la Céna sous l’égide du président de l’institution, Emmanuel Tiando, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Soulé Zoumarou…

A l’entame de la cérémonie, le secrétaire général de la Cour constitutionnelle a procédé à la lecture de l’acte qui constate la désignation de l’impétrant par l’Assemblée nationale. Lecture a ensuite été faite des dispositions de la loi 2013-06 portant Code électoral en République du Bénin, notamment les articles 19, 21 et 25 portant respectivement sur la composition de la Céna, le remplacement des commissaires ayant perdu leur qualité pour quelque motif et la prestation de serment. S’agissant de la prestation de serment, le Code électoral stipule qu’avant leur prise de fonction, les membres de la Commission électorale nationale autonome sont installés par la Cour constitutionnelle réunie en audience solennelle. Le même article précise les termes du serment qu’ils prêtent et ajoute : « En cas de parjure, le membre coupable est puni des peines prévues à l’article 125 alinéa 1er du présent code. Il est en outre déchu de ses droits civils et politiques pour une durée de cinq (05) ans ».
Par ailleurs, l’article 125 prévoit une peine d’emprisonnement d’un (01) an à deux (02) ans et une amende de deux cent mille (200 000) à cinq cent mille (500 000) francs. Ainsi renseigné sur ses dispositions, le nouveau commissaire Soulé Boukari Abou a prêté serment et a été renvoyé à l’exercice de ses fonctions par le président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou. Indépendance et professionnalisme sont les qualités auxquelles le président Joseph Djogbénou convie le nouveau commissaire dans l’accomplissement de sa mission. « C’est un moment solennel. Avant de vous renvoyer dans vos fonctions, la loi vous précise les conséquences que vous encourez en cas de manquements », fait remarquer le commissaire Soulé Boukari Abou. Déjà, il a les yeux rivés sur les tâches qui l’attendent et entend les accomplir avec loyauté et responsabilité. « Je crois que mon devoir, c’est de me joindre à l’équipe qui est déjà là et de poursuivre avec elle, les tâches qui relèvent de mes compétences. Je ferai donc en sorte d’accomplir ma part de responsabilité et de travailler avec l’équipe, pour remplir notre mission commune », a-t-il assuré.
L’équipe de la Céna est désormais au complet et déjà un imminent défi éminent l’attend: l’organisation des législatives d’ici quelques mois.

LIRE AUSSI:  Message du ministre de la Communication et de la Poste à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, édition 2020: «Les dérives ruinent nos efforts de construction d’un Etat de droit»