Cep 2018: Dangbo à l’honneur dans l’Ouémé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cep 2018: Dangbo à l’honneur dans l’Ouémé


L’examen du Certificat d’études primaires (Cep) session de juillet 2018 a été officiellement lancé, ce lundi 2 juillet, pour la phase départementale, dans l’Ouémé, à l’école primaire publique de Dokomey dans la commune de Dangbo.

LIRE AUSSI:  Affaire détention et vente de faux médicaments: L’Intersyndicale des pharmaciens du Bénin donne de la voix

Il sonnait 8 h 30 quand la première épreuve du Certificat d’études primaires session 2018, celle de la Compréhension de l’écrit, a été lancée au centre d’examen de l’école primaire de Dokomey dans la commune de Dangbo. Ici, composent 280 candidats dont 133 filles répartis dans huit salles de classe. Il a été noté neuf absents dont une fille. Un cas de candidat malade rapidement pris en charge par l’agent de santé du centre a été également signalé. 

Le lancement officiel de la composition a été effectué par le directeur départemental des Enseignements maternel et primaire de l’Ouémé, Alain Houssou, assisté du secrétaire général de la préfecture de l’Ouémé, Jean-Baptiste Akpamagbo, représentant le préfet de l’Ouémé, et du maire de Dangbo, Mathias Kouwanou. Comme c’est souvent de coutume, la délégation des officiels a procédé à la distribution symbolique des premières épreuves dans la salle n°1 du centre. Ce geste consacre le top de l’examen sur l’ensemble des neuf communes du département de l’Ouémé.
Le directeur départemental des Enseignements maternel et primaire assure du bon déroulement de l’examen qui dure jusqu’à mercredi prochain. Alain Houssou dit avoir pris à temps les dispositions nécessaires en rendant publiques les listes des agents devant assurer les opérations, notamment les surveillants de salles d’examen, les secrétaires pour l’anonymat des copies et les correcteurs. Toutes ces personnes sont informées savent depuis plusieurs jours à quel niveau ils vont intervenir. Alain Houssou a conseillé les candidats de dominer le stress car les épreuves ne sont rien d’autres que ce qu’ils ont l’habitude de faire en classe. Le directeur départemental des Enseignements maternel et primaire de l’Ouémé n’a pas manqué de rappeler aux surveillants de salles l’interdiction prescrite d’écrire au tableau ou de souffler des réponses aux candidats. « Il faut laisser les enfants seuls travailler », insiste Alain Houssou, avant de mettre en garde tout contrevenant qui se ferait prendre.
Il rappelle qu’au total 36 190 candidats dont 17 684 filles répartis dans 99 centres d’examen planchent sur les neuf communes du département. Le plus jeune des candidats a 9 ans et le plus âgé, au plan national, a 62 ans et compose dans le département du Plateau plus précisément à Kétou. Le secrétaire général de la préfecture de l’Ouémé a aussi dopé le moral aux candidats. Il les a invités à ne pas paniquer afin de donner le meilleur d’eux-mêmes.
Après Dokomey, les officiels ont sillonné plusieurs autres centres d’examen dans le département pour s’assurer du bon déroulement de l’examen qui ouvre la porte des cours secondaire.

LIRE AUSSI:  Protection des couches vulnérables dans l’Atacora: La ministre des Affaires sociales au contact des structures d’accueil