Cep 2021: 194 341 admis pour un taux national de 82,67 %

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Education, Actualités |   Commentaires: Aucun

Examen du CEP

82,67 %, c’est le taux de réussite à l’examen du Certificat d’études primaires (Cep) session de juin 2021. Les résultats ont été proclamés à Porto-Novo, ce mercredi 30 juin, par le directeur des Examens et Concours du ministère des Enseignements maternel et primaire (Dec/Memp), Victor Adohinzin.

LIRE AUSSI:  Revue trimestrielle au MPD: Les projets financés par l’Afd au scanner

Les candidats au Certificat d’études primaires (Cep) session des 7, 8 et 9 juin derniers sont désormais fixés sur leur sort. Les résultats ont été proclamés, hier mercredi à Porto-Novo, par le directeur des Examens et Concours du ministère des Enseignements maternel et primaire (Dec/Memp), Victor Adohinzin. Il ressort, de cette proclamation, que sur les 235 086 candidats ayant effectivement composé sur un effectif total de 241 974 inscrits, 194 341 sont déclarés admis. Ils ont pu tirer leur épingle du jeu et décrocher leur billet pour les cours secondaires. Ce qui correspond à un taux national de réussite de 82,67 % contre 84,66 % en 2020, souligne le Dec/Memp. Le classement par département révèle le Littoral, comme pratiquement tous les ans, premier avec un taux de réussite de 91,50 %. Il est suivi successivement de l’Atlantique (86,17 %) ; du Borgou:
(84,17 %); du Zou : (84,03 %) ; des Collines: (83,75 %) ; de la Donga :
(81,79 %) ; du Mono : (81,25%); du Plateau : (80,80 %) ; du Couffo : (80,61 %) ; de l’Ouémé :
(80,39 %) et de l’Alibori: (72,63%). Le département de l’Atacora est la lanterne rouge avec un pourcentage de 71,73 %. Le Dec/Memp précise que les résultats proclamés ne prennent pas en compte la session des malades qui démarre lundi 5 juillet prochain dans les chefs-lieux des douze départements du Bénin.
Victor Adohinzin justifie la chute de 1,99 % de taux d’admis cette année par rapport à celui de 2020 par les effets de la lutte contre certaines pratiques et supercherie au niveau de certains directeurs d’écoles. Lesquels, de peur d’obtenir 00 % de taux de réussite et d’être sanctionnés et déchargés de leur poste pour insuffisance de résultats comme c’est le cas depuis 2020, s’arrangent pour ne présenter que les écoliers dont ils jugent bon le niveau. Mais cette année, poursuit le Dec/Memp, le ministre Salimane Karimou a redoublé de vigilance en obligeant les directeurs à présenter tous les écoliers du Cours moyen deuxième année (Cm2) ayant suivi régulièrement les cours. Ce qui a d’ailleurs été senti sur le taux d’inscription qui est monté de plus de 7 % cette année, note-t-il. C’est cette situation qui explique entre autres la baisse légère du taux qui ne doit pas être interprétée comme un relâchement ou un déficit au niveau de l’encadrement, conclut Victor Adohinzin.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de la démocratie: Le débat sur l’âge minimum aux législatives refait surface au Parlement