Cérémonie de rasage à la Gaani de Nikki: L’occasion d’un recensement des nouveaux princes et princesses

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cérémonie de rasage à la Gaani de Nikki: L’occasion d’un recensement des nouveaux princes et princesses


 

Les festivités culturelles et rituelles marquant l’édition 2022 de la Gaani à Nikki ont pris fin, dimanche 9 octobre dernier. Un autre temps fort à portée socioculturelle de cette célébration restera le baptême des princes Wassangari, le jour de la Kayessi.

LIRE AUSSI:  Multitude de Stromae: Un album aux couleurs très afro !

La tradition tire toute sa considération de l’importance et du respect que l’on lui voue. Conscients de cela, les princes et princesses Wassangari se montrent disponibles, à chaque célébration de la Gaani, pour perpétuer la cérémonie de rasage qui leur est consacrée. Lors de l’édition 2022 qui a pris fin, dimanche 9 octobre dernier à Nikki, ils n’y ont pas dérogé.
Au-delà de son aspect cultuel, cette cérémonie consiste à l’authentification et au baptême des princes et princesses par la reine-mère, Yon Kogui. Elle est une forme de recensement annuel des nouveaux princes et princesses.
En effet, pour ceux qui ne l’avaient pas encore fait, ils étaient nombreux à se bousculer chez la reine-mère Yon Kogui, pour sacrifier à cette tradition. C’est pour être consacré par cette dernière, à travers le rasage des têtes. Pour l’aider dans cette tâche, elle avait à sa disposition plus d’une vingtaine de collaborateurs et collaboratrices. Tous étaient affairés à faire tomber les cheveux des têtes des concernés qui avaient comme obligation de les recueillir dans les paumes de leurs mains largement ouvertes et posées à terre, les bras allongés le long de leur corps. N’empêche que sur les lieux, il y avait des touffes de cheveux qui trainaient un peu partout.
« Tous les princes et princesses, à l’exception de ceux qui ne sont pas de la cour impériale, sont concernés par cette cérémonie », confie la reine-mère, détentrice des rasoirs sacrés. « Le rasage donne droit au titre princier. Pour le prince, il ouvre des portes pour accéder à d’autres grades dans la hiérarchie au niveau de la cour », précise-t-elle.
Conseillère à Kpaolou, à Nikki, c’est depuis sa tendre enfance que, avant de se marier, Zénabou Adam s’était fait raser la tête au cours d’une Gaani. « Si ton père l’a fait, tu ne peux pas y échapper. Tu es tenu de le faire, quels que soient ton âge et la blancheur de tes cheveux ou de ta barbe », prévient-elle. « De nombreuses personnes profitent de cette occasion, pour le faire. La Yon Kogui doit te donner un autre nom, celui des Wassangari », explique-t-elle. Comme noms chez les garçons, elle cite Monra, Kora, Takou, Gounou, Gata. Manon, Guèya, Gniiré, Doué sont les noms au niveau des filles.
Selon Zénabou Adam, ce n’est donc pas donné à tout le monde de se faire raser pendant la Gaani. « Tu es un privilégié. A ce titre, dès que tu as fini de faire raser les cheveux, tu as droit aux honneurs, en te présentant devant les joueurs de trompettes mobilisés pour la cause », lâche-t-elle, un ton nostalgique. « Mais si tu n’es pas un Wassangari et on te souffle dessus à travers les trompettes, tu gonfles et meurs. C’est ce qu’on m’a dit », met-elle en garde.
« J’ai de nombreux frères qui, rien que pour ce rasage, ont effectué le voyage de Cotonou pour Nikki », avoue-t-elle. « Tant que vous ne l’aurez pas fait, c’est comme s’il y a quelque chose que l’on vous réclame. Tu n’auras pas la sérénité et la stabilité dans ton travail. Ceux qui savent que tu es un Wassangari attireront ton attention par rapport au respect de cette tradition. Ils te demanderont d’aller te raser la tête », poursuit-elle. « Mais après l’avoir fait, tes vœux seront exaucés. Celles qui sont à la quête d’un mari, finissent par en trouver », laisse-t-elle entendre, un peu plus loin.
Par ailleurs, on ne peut raser les enfants qui n’ont pas encore poussé des dents. En principe, à la cour impériale de Nikki, tous les princes et princesses de toutes les autres localités de l’aire culturelle et cultuelle Baatombu et Boo pouvaient avoir droit à ce privilège. Mais ils préfèrent le faire au sein de leur dynastie où ils sont mieux connus et respectés. Nikki ayant donné le top, Kika, Bouay, Sandilo, Banikoara et autres prennent le relais à partir du samedi 15 octobre prochain, pour leur Gaani n

LIRE AUSSI:  Multitude de Stromae: Un album aux couleurs très afro !