Chambre de commerce et d’industrie du Bénin: Réformes et mesures pour l’essor des affaires

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Chambre de commerce et d’industrie du Bénin: Réformes et mesures pour l’essor des affaires


La Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) est rénovée pour offrir des services d’appui plus adaptés aux entreprises. Les récentes réformes statutaires et mesures de restructuration intervenues, sous l’égide de l’administration provisoire, visent à corriger les dysfonctionnements et contreperformances de l’institution consulaire.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de la population 2020: Les défis qu’impose la crise sanitaire

Les nouveaux élus consulaires héritent d’une Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) ayant subi une cure profonde. Les réformes conduites par l’administrateur provisoire, Alain Hinkati, avec l’aval du Comité national de supervision de l’administration provisoire, sont relatives à la révision des textes statutaires ayant facilité l’organisation des dernières élections consulaires, à la réorganisation du secrétariat général de la Chambre et surtout à la restructuration des services d’appui aux opérateurs économiques et aux entreprises.
Les différentes mesures devraient permettre à l’institution d’accomplir sa mission de représentation, de protection, de promotion des intérêts des opérateurs économiques dans les domaines du commerce, de l’industrie et des prestations de services visant le développement économique des territoires. «La finalité de tout cela, c’est de positionner la Ccib comme un véritable centre de services avec une forte orientation sur la satisfaction de la clientèle constituée en l’occurrence des opérateurs économiques », fait savoir M. Hinkati.
Pour rappel, l’administration provisoire avait été mise en place fin janvier 2019 parce que les élections consulaires n’ont pu se tenir à la fin de la mandature précédente. « En ce qui concerne la révision des textes, nous avons adopté une approche participative qui nous a permis de corriger les problèmes de représentativité et aussi d’introduire une rationalisation dans la gestion de la Chambre », indique l’administrateur provisoire. A l’en croire, le processus électoral est désormais professionnalisé avec plus de transparence et de célérité. Cela a permis d’organiser les élections dont les résultats ont été proclamés moins de 24 heures après le vote électronique, avec plus de 90 % comme taux de participation.

Secrétariat restructuré

Le secrétariat général de la Ccib dispose d’un nouvel organigramme qui renforce ses responsabilités et fait apparaître des fonctions découlant des missions statutaires de la Chambre. Avec l’aide de la Banque mondiale, précise M. Hinkati, un cabinet de conseil en ressources humaines a été recruté pour faire le bilan des compétences de tout le personnel de l’institution. Cela a abouti à des redéploiements, à des licenciements pour des compétences qui n’étaient plus appropriées ainsi qu’au recrutement de nouvelles compétences pour mieux remplir les missions assignées au secrétariat.
De nouveaux métiers ont été créés à l’instar des agents d’accueil, des conseillers d’entreprise, des agents de promotion économique et régionale. De nouvelles fonctions définies mettent l’accent sur le volet accompagnement, appui et focalisation sur les besoins des entreprises.
Il a été également question de la préparation et l’adoption d’un manuel de procédures administrative, financière et comptable ayant vocation de corriger les insuffisances notées jusque-là. « La gestion avant était caractérisée par certaines imprécisions qui donnaient lieu à des pratiques de mauvaise gouvernance », selon Alain Hinkati. « Désormais, la Chambre peut fonctionner sur des bases beaucoup plus saines», espère-t-il.
A noter que la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Sg/Ccib) chapeaute deux grandes directions, en l’occurrence celle des Opérations et celle des Ressources.
Par ailleurs, le département Infrastructures économiques et Moyens généraux (Diem) placé sous la direction de Cyrille Honfo, a vu le jour avec pour vocation d’assurer un suivi et un entretien rigoureux des bâtiments, du matériel et du mobilier. En termes de perspectives, annonce M. Honfo, sous le leadership des nouveaux élus, il sera lancé l’audit technique des bâtiments défectueux de la Chambre. Il est aussi prévu la conception et la réalisation de nouveaux projets d’infrastructures économiques en vue de faciliter les corridors de transport de marchandises et d’inciter l’implantation des entreprises dans les territoires autour des pôles de développement économique, poursuit-il.

LIRE AUSSI:  Journée internationale des femmes rurales à Tanguiéta: Le réseau Wanep-Bénin et Oxfam appuient le plaidoyer de la gent féminine

Services aux entreprises

Il est créé un département Information et Etudes sectorielles (Dies) à la Ccib nouvelle formule. Sous la coupole de son directeur, Hyppolite Koukou, le service d’accueil et d’information est mieux structuré. Les études sectorielles sur les potentialités économiques du pays, jadis quasi-inexistantes, seront menées en vue de l’organisation des filières économiques ou de la facilitation de l’implantation et du développement des entreprises dans les régions économiques, annonce M. Koukou.
L’initiative d’un département en charge du développement des Services délégués et de la coordination des opérations au niveau des régions économiques (Dsdr) s’inscrit aussi dans cette optique. Il vise à pallier, entre autres, la quasi-inexistence de services d’appui aux entreprises dans ces régions. Ce département entend préparer des notes de plaidoyers visant la délégation à la Ccib par l’Etat de services publics qui pourraient être fournis aux opérateurs à des coûts plus compétitifs par la Chambre plutôt que par les services de l’Administration publique ou de structures privées, explique Razack Yessoufou, directeur dudit département. De même, il contribuera à la conception et la mise en place d’infrastructures appropriées dans les régions et concrétisera la synergie voulue entre la Ccib et l’Agence pour la promotion des investissements et exportations (Apiex) dans les régions pour simplifier les démarches aux opérateurs économiques.
Dans le but de dynamiser les services au profit des opérateurs économiques, diverses alliances ou conventions, une quinzaine au total, ont été conclues et mises en œuvre. Un département Partenariats institutionnels et économiques (Dpie) est créé à cet effet et dirigé par Camarou Bello. De nouveaux produits sont aussi conçus et mis en service comme le rendez-vous mensuel des experts, le parcours de l’entrepreneur, les rencontres thématiques.
Autre réforme, les cotisations à la Chambre sont revues à la baisse ainsi que les coûts de certains services, notamment au Centre d’arbitrage, de médiation et de conciliation (Camec/Ccib). Ainsi, les honoraires des arbitres, médiateurs et conciliateurs ne sont plus payés par les usagers mais directement sur les ressources mobilisées par le Camec, informe William Sourou, secrétaire permanent du centre. Le nouveau barème a exonéré de tout frais tout litige en médiation dont le montant est inférieur à 10 millions F Cfa, précise-t-il.
Ne disposant pas d’école de commerce, la Ccib a retenu comme approche de développer des services de formation à partir des besoins de compétences spécifiques. Selon Bukari
Gibigaye Adam, directeur du département Formation (Dfor), il sera aussi question de recourir à des cabinets ou expertises avérées, notamment pour assurer la formation continue au profit des cadres des entreprises.

LIRE AUSSI:  Jeux africains 2019: La délégation béninoise au complet à Rabat

Système d’information fiable

La mise en place d’un nouveau système d’information est également à mettre à l’actif de l’administration provisoire de la Ccib qui aura passé douze mois à organiser et documenter les services d’appui aux entreprises, grâce au département des Systèmes d’information (Dsi) placé sous la responsabilité d’Irving Gbaguidi.
C’est dans ce cadre qu’il est mis en place la plateforme d’information sur les entreprises du Bénin, accessible à l’adresse www.ahilido.bj. Avec pour leitmotiv : « Bâtir la prospérité au Bénin », elle rassemble les informations et opportunités d’affaires au profit des opérateurs économiques et entend satisfaire aux besoins d’informations basiques des entreprises, à la possibilité de consultation d’une foire à questions et de l’agenda des événements, au recensement et à l’analyse d’opportunités à saisir.
L’application présente un répertoire fiable des entreprises membres de la Chambre. Elle offre la possibilité de partenariats entre entreprises, de production de statistiques sur les services, de localisation sur une carte Google Map du siège d’une entreprise donnée.
C. U. P.