Changements climatiques en Afrique de l’Ouest: Le Bénin lance sa riposte pour contrer les effets

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Changements climatiques en Afrique de l’Ouest: Le Bénin lance sa riposte pour contrer les effets

Vue du présidium

Quatre pays d’Afrique de l’Ouest veulent conjuguer leurs efforts pour apporter des réponses adéquates aux effets néfastes des changements climatiques. C’est à travers le projet Benkadi, dont le chapitre Bénin a été officiellement lancé hier lundi 21 juin à Cotonou, par Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep).

LIRE AUSSI:  Adaptation aux changements climatiques: Des acteurs francophones à l’école des bonnes pratiques

Le Bénin fait bloc avec le Mali, le Burkina-Faso et la Côte d’Ivoire pour mieux maîtriser les effets néfastes des changements climatiques sur le secteur agricole et les ressources en eau. C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet Benkadi officiellement lancé ce lundi.
« L’initiative Benkadi dans laquelle nous nous engageons, en partenariat avec l’Ong ‘’Woord En Daad’’ des Pays-Bas traduit notre ambition de travailler ensemble dans la même direction pour faire face aux effets des changements climatiques qui se traduisent dans nos pays par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, le faible accès à l’énergie, les conflits sociaux et les migrations de populations liées à la raréfaction ou la dégradation des ressources naturelles, l’augmentation de la charge de travail des femmes », relève Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur régional Benkadi.
Benkadi signifie en langue bambara, « travailler dans la même direction ». Il part du constat selon lequel les pays cibles sont diversement affectés par les effets néfastes des changements climatiques, mais avec comme souci commun les vulnérabilités dans le secteur agricole.
Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep), présente le tableau de la vulnérabilité de l’Afrique de l’Ouest face aux changements climatiques. « Malgré l’augmentation de la disponibilité alimentaire, il existe encore des disparités régionales qui limitent les objectifs de sécurité alimentaire, qui sont le corollaire de la faiblesse de notre système de réponse face aux défis climatiques », analyse-t-il.
Le Bénin n’est pas à l’abri des chocs. « Même si le pays n’est pas identifié comme l’une des régions les plus vulnérables en Afrique, les systèmes de production agricole sont énormément perturbés par les effets des changements climatiques qui se manifestent entre autres par l’irrégularité des pluies, les inondations récurrentes et destructrices des cultures, les poches de sécheresse, notamment dans le Septentrion », relève-t-il.

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la femme à Ouèdo: La santé au cœur des manifestations de l’Afasops-Bénin

Augmenter la résilience

Initiative de la société civile ouest africaine, le projet Benkadi est porté par une Ong néerlandaise, ‘’Woord En Daad’’ qui signifie « parole et action ». Il est évalué à près de quatre millions d’euros pour le Bénin et plus de vingt-et-un millions et demi d’euros à l’échelle régionale, soit environ quatorze milliards de F Cfa pour les cinq années de mise en œuvre.
Il se positionne comme un instrument d’aide à la prise de décisions efficaces contre l’ennemi commun que constituent les changements climatiques. Le programme ambitionne d’améliorer qualitativement l’efficacité des politiques publiques en matière d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets sur les quatre pays ciblés à travers une plus grande participation citoyenne, y compris celles des jeunes, des femmes et des personnes handicapées.
Les initiateurs sont conscients de l’enjeu. C’est pourquoi, ils veulent conjuguer leurs efforts afin de bâtir un monde plus durable, résilient et inclusif pour tous. « Nous nous réjouissons d’apporter notre contribution à cet effort collectif grâce au projet Benkadi pour lequel l’effet recherché au Bénin est qu’au bout de cinq ans, le gouvernement et les collectivités locales mettent en œuvre des politiques inclusives et réalisent des actions concrètes dans le secteur agricole et les ressources en eau pour augmenter la résilience des populations vulnérables aux changements climatiques», assure Ernest Comlan Pédro, secrétaire permanent de la Plateforme des acteurs de la société civile du Bénin (Pascib)..
Le défi pour le Bénin est d’œuvrer à l’adaptation du secteur agricole aux changements climatiques. Karimama, Malanville, Aguégués, Dangbo, Dassa, Ouèssè, Grand-Popo, Athiémè, Ouinhi et Za-Kpota sont les dix communes bénéficiaires du projet au Bénin.