Cherté de la vie et mesures d’atténuation prises : l’appel à la solidarité nationale lancé à Kétou et Pobé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cherté de la vie et mesures d’atténuation prises : l’appel à la solidarité nationale lancé à Kétou et Pobé

Les officiels présents à l’étape de la tournée gouvernementale à Kétou

Le ministre des Enseigne-ments maternel et primaire, Salimane Karimou et son collègue de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola, étaient hier jeudi 12 mai, à Kétou puis à Pobé, en tournée de sensibilisation des populations aux mesures prises par le gouvernement contre la cherté de la vie . A chacune des étapes, la délégation gouvernementale en a appelé à la solidarité nationale afin de permettre au Bénin de surmonter cette crise mondiale.

LIRE AUSSI:  Election présidentielle du 11 avril: Les rois de Porto-Novo pour un scrutin apaisé

Le gouvernement sollicite l’engagement de tous face à la cherté de la vie. Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, qui conduit la délégation gouvernementale, en campagne d’information et de sensibilisation de la population sur cette conjoncture économique, a lancé cette invite ce jeudi à chacune de ses étapes à Kétou et à Pobé. « L’appel du gouvernement face à la cherté de la vie va dans le sens de la solidarité nationale tout le temps que durera cette crise », a souligné le ministre. Selon lui, l’implication de toute la population sans exception est indispensable. Ceci pour que les nombreuses mesures d’atténuation prises par le gouvernement pour surmonter cette crise qui n’épargne aucun pays au monde ne soient pas des efforts vains. Le ministre a expliqué qu’en dépit du fait que le Bénin soit un pays à ressources limitées et à budget essentiellement fiscal, le gouvernement a engagé de gros investissements à travers notamment des subventions et des renonciations de taxes et d’impôts sur certains produits pour que la population ne ressente pas trop les effets de cette flambée des prix. La campagne gouvernementale qui a démarré hier vise donc à édifier tous les citoyens sur la situation, a expliqué le chef de la délégation. Il a précisé que cette tournée est technique et débarrassée de toutes considérations politiques et politiciennes.
Le ministre Salimane Karimou a été appuyé par son collègue en charge de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola. Ce dernier a expliqué à la population les causes de cette crise. Lesquelles sont exogènes notamment liées à la pandémie de la Covid-19 et à la guerre entre la Russie et l’Ukraine, deux pays qui sont respectivement gros exportateur d’hydrocarbures et producteur et exportateur au monde des céréales et intrants agricoles. Mais face à la situation, le gouvernement n’est pas resté inactif. Il a décidé entre autres de la subvention de plus de 50 milliards F Cfa allouée au secteur agricole pour soutenir l’achat d’intrants notamment pour le coton ; le plafonnement des prix des produits pétroliers ; l’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) notamment sur des produits comme le riz importé, le lait, le blé et l’huile. Il y a aussi l’abattement de 50 % sur les frais des transports des marchandises qui passent par le Port de Cotonou…

LIRE AUSSI:  Mairie de Ouidah: Le successeur de Séverin Adjovi connu le 14 juillet prochain

Des encouragements et doléances

Ces divers appuis sont évalués à plus de 80 milliards de F Cfa pour soutenir le pouvoir d’achat des populations.
Mieux plus de 50 milliards F Cfa ont été alloués au secteur agricole pour soutenir l’achat d’intrants notamment l’Urée et le Npk. Ces engrais sont désormais vendus à 14 000 F Cfa au lieu de respectivement 28 500 F Cfa et 22 500 F en ce qui concerne le sac de 50 kg. L’objectif des subventions au secteur agricole est de favoriser une campagne agricole performante, notamment en ce qui concerne les produits vivriers. Jean-Michel Abimbola a rappelé que pour l’atteinte des objectifs, le gouvernement a interdit la sortie de ces intrants du pays et/ou de les revendre. Il a invité la population à accompagner cette mesure d’interdiction en dénonçant toute transaction frauduleuse de ces intrants pour que les investissements surtout en matière de sécurisation des produits agricoles ne soient pas vains.
« Ce qui se passe, c’est l’affaire de tous parce que les conséquences sont pour tout le monde », a appuyé le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Dossa Aguèmon. C’est pourquoi, selon lui, le gouvernement voudrait compter sur le soutien de tous afin que le Bénin surmonte cette crise.
Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, natif du département du Plateau, a salué les différentes mesures d’atténuation de la crise prises par le gouvernement. Il a sensibilisé la population à promouvoir l’agriculture et le « consommons local » pour atténuer les effets de cette conjoncture économique mondiale. Louis Vlavonou a partagé avec l’assistance son exemple personnel où il a décidé de mettre en valeur un terrain nu qui est sa propriété et jouxtant sa maison à Porto-Novo en produisant des légumes, du piment, des tomates et autres. De sorte qu’il n’arrive plus aujourd’hui à débourser de l’argent pour acheter ces différents produits avant de les consommer. A Kétou comme à Pobé, plusieurs participants sont intervenus à travers des messages d’encouragement et des doléances.
La séance d’explication a connu aussi la présence du préfet du Plateau, Valère Sètonougbo, des députés de la région et des maires. Ces derniers sont invités à poursuivre la sensibilisation dans les arrondissements avec l’assistance technique des directeurs départementaux.

LIRE AUSSI:  Audience à la Cour constitutionnelle: Des OSC expriment leurs appréhensions sur le Code électoral

————————– Trois ministres dans l’Ouémé ——————-

L’exercice de sensibilisation de la population aux mesures prises par le gouvernement pour atténuer la cherté de la vie a démarré aussi dans l’Ouémé ce jeudi. Bonou et Adjohoun ont été les deux communes sillonnées par la délégation gouvernementale conduite par la ministre Adidjath Mathys du Travail et de la Fonction publique. Celle-ci est accompagnée de ses collègues Jean-Claude Houssou et Raphaël Akotègnon en charge respectivement de l’Energie et de la Décentralisation. Les trois ministres ont édifié les populations sur les causes de la flambée des prix de certains produits et sur ce qui est fait ou reste à faire par le gouvernement pour soulager davantage leurs peines. Ils ont été appuyés lors de l’exercice par le conseiller du président de la République, chargé des Investissements, Hamet Aguèmon et du secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, Aristide Djidjoho n