Choix des lampes et réfrigérateurs : Des réflexes pour éviter les fausses puissances

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Choix des lampes et réfrigérateurs : Des réflexes pour éviter les fausses puissances

Pour réduire la consommation d'énergie, il faut adopter des gestes économes et privilégier des ampoules étiquetées

Chez les « Babas », les prix sont souvent bas. Mais attention, les puissances affichées sur les équipements cédés par ces vendeurs installés aux abords des rues ou ambulants ne sont pas toujours celles mesurées. Dans l’ignorance, les populations continuent de faire le mauvais choix sur le marché.
Le ministère de l’Énergie a décidé, en marge de la Semaine de l’énergie, d’attirer à nouveau l’attention des consommateurs. « Lorsqu’on va acheter les ampoules aux abords des voies, il arrive que, quand on mesure leurs puissances, on constate que c’est le double, voire le triple de celles marquées sur la lampe. C’est dire que si vous achetez une ampoule de 5 watts, il peut arriver que ce soit à la mesure une ampoule de 15, voire 20 watts. Votre facture d’électricité va augmenter dans les mêmes proportions alors que vous vous attendez à ce qu’elle baisse », fait remarquer Todéman Flinso Assan, directeur général des Ressources énergétiques.
Cependant, il n’y a pas que les lampes qui soient concernées. De nombreux autres équipements électroménagers importés sur le territoire connaissent le même sort et rendent plus salées les factures de consommation électrique.

LIRE AUSSI:  Viol et tentative de viol (12e dossier): Cyriaque Zoungbénou condamné à 8 ans de travaux forcés et libre

Veiller aux étiquettes

Face à cette situation, depuis trois ans, l’Etat a décidé de mettre de l’ordre en adoptant le décret 2018-563 du 19 décembre 2018 fixant les normes minimales de performance énergétique et le système d’étiquetage énergétique des lampes et climatiseurs individuels en République du Bénin. Ce décret exige que les lampes électriques et climatiseurs individuels importés, emmagasinés, distribués, exposés en vue de la vente, mis en location-vente, directement ou indirectement par tout mode de vente, y compris Internet, portent une étiquette-énergie et une fiche établies et portées à Ia connaissance de l’utilisateur final. L’étiquette et la fiche doivent mentionner la performance ou la classe énergétique de l’équipement. «Les étiquettes sont apposées de manière lisible et visible à l’emplacement prévu. Les fiches sont mises à la disposition de l’utilisateur final au moment de la vente des produits », stipule l’article 8 du décret. En décidant de s’offrir une lampe électrique ou un climatiseur, les consommateurs sont appelés à veiller à la présence de ces étiquettes qui renseignent sur la classe d’efficacité énergétique définie par le nombre d’étoiles. « Une étiquette à une étoile est moins efficace qu’une étiquette à deux étoiles et à trois étoiles. Nous demandons aux populations de faire attention aux étiquettes avant de s’approvisionner en ampoules, en réfrigérateurs et climatiseurs», insiste le directeur général des Ressources énergétiques.

LIRE AUSSI:  Célébration de la Journée internationale de la femme: Synergie d’actions pour un mieux-être au ministère du Cadre de vie

Des gestes économes à développer

Pour réduire la consommation d’énergie électrique, les populations devront aussi s’approprier les gestes économes, en plus d’avoir veillé aux étiquettes. « On n’a pas besoin de la même luminosité à la cuisine que dans une salle d’étude. Ces dispositions permettent d’assurer l’efficacité énergétique, d’avoir une meilleure consommation d’énergie et de payer des factures d’électricité moindres. Nous avons beaucoup d’équipements que nous laissons par exemple en veille quand nous allons nous coucher. Ces petites ampoules de couleur rouge consomment de l’électricité au moment où nous dormons et nous pensons que nous ne consommons pas d’énergie », souligne Todéman Flinso Assan. Il suggère aux consommateurs d’éteindre les lumières quand il n’y a personne ou de mettre en place des systèmes automatisés qui permettent d’assurer les fonctions d’allumage et d’extinction des lampes, comme c’est le cas des détecteurs de présence et de mouvements.