Circuit de l’esclavage : Des Afro-descendants se ressourcent à Avrankou

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Circuit de l’esclavage : Des Afro-descendants se ressourcent à Avrankou

Circuit de l’esclavage Des Afro-descendants se ressourcent à AvrankouRetour aux sources pour ces descendants d’esclaves américains

Une délégation d’Afro-descendants américains était, jeudi 6 janvier dernier, en tourisme sur plusieurs sites à Avrankou dont celui du « Dur combat d’Atchoukpa » et le marché de vente des esclaves. La visite de ces Noirs américains s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un film documentaire sur le circuit emprunté par leurs ancêtres avant leur déportation outre Atlantique.

LIRE AUSSI:  “Café des arts” de Fidjrossè: Le plasticien God sublime la femme avec une dizaine de tableaux


A la veille de chaque célébration de la fête des cultes endogènes au Bénin, c’est une tradition depuis deux décennies pour l’Ong internationale Hope for Africa (Espoir pour l’Afrique) de fouler le sol béninois pour vivre l’évènement. Elle a joint l’utile à l’agréable, cette année, en saisissant l’occasion pour visiter certains sites touristiques phares de l’esclavage dans la commune d’Avrankou. Une délégation des Afro-descendants américains membres de l’Ong, conduite par la professeure Joyce Hope Scott était, jeudi 6 janvier dernier, en visite sur le site.
Tout a commencé par une séance de travail à la mairie d’Avrankou. La délégation a présenté les objectifs de sa visite touristique qui s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un film documentaire sur le circuit emprunté par leurs ancêtres avant leur déportation via l’océan Atlantique au XIXe siècle et s’imprégner de leurs traditions et cultures. Occasion pour l’administration communale de solliciter l’appui de l’Ong pour la concrétisation de deux projets chers à elle pour la dynamisation du tourisme, à savoir la revalorisation du Chemin du sacré et la reconstruction de la Maison des jeunes totalement en ruine.
Après la séance de travail, cap a été mis sur le terrain pour les visites proprement dites. Le sanctuaire de la divinité Zèkpon-Adonon a été la première étape. La délégation des Afro-descendants a été entretenue par des représentants du conseil communal et autres personnes ressources sur l’importance de cette divinité incarnant une femme protectrice des filles et fils du terroir et qui s’est révélée pendant la période de l’esclavage au XIXe siècle. Quelques membres de la délégation n’ont pu s’empêcher de prendre un bain de purification et de protection dans la mare dédiée à cette divinité accessible à tout le monde sauf aux femmes en menstrues. La visite s’est poursuivie au niveau des sites de la Place de rassemblement des esclaves avant leur déportation dans le temps devenue aujourd’hui le plus grand carrefour d’Avrankou ; l’ancien marché des esclaves de Houndo aujourd’hui transformé en marché ordinaire ; la tombe du résistant Avran, fondateur de la commune d’Avrankou ; la résidence du célèbre artiste, chanteur et compositeur Yédénou Adjahoui décédé en août 1995.

LIRE AUSSI:  Trois questions à Viviano Edoh au sujet de son 2e ouvrage: « Mystères paternels est un roman dont les pages attirent et captivent »

Des plaidoyers

Le clou de la randonnée a été la visite du site du « Dur combat d’Atchoukpa » niché derrière une longue et tortueuse pente. Il s’agit ici d’un site plein d’histoires rappelant le combat farouche entre les troupes du roi Béhanzin et celles coloniales, surtout le 20 avril 1890. La délégation d’Afro-descendants américains a pu observer de près les tranchées guerrières creusées à cet effet et partant de la localité d’Atchoukpa jusqu’à Dèguè Tokpa à Porto-Novo. Lesquelles tranchées servaient de lieux de cachette aux éléments et amazones du roi Béhanzin. Les membres de l’Ong Hope for Africa ont également vu sur le site la terre maudite par le roi Béhanzin, où rien n’a pu pousser jusqu’ici et touché du doigt les restes des murailles qui servaient de base militaire au célèbre roi d’Abomey.
La délégation a bouclé son périple riche en découvertes, en histoires et en enseignements, au palais du roi Guidimadjègbè Agbantchékon Latchè-Holou à Avrankou. Elle a été accueillie par des coups de canon artisanal. Ici, dans un jeu de questions-réponses, la professeure Joyce Hope Scott et sa suite ont été entretenues par l’autorité royale. Cette dernière a dénoncé le commerce honteux des Noirs déportés dans des conditions, inhumaines et violentes.
Sa Majesté Guidimadjègbè Agbantchékon Latchè-Holou a salué l’initiative des membres de l’Ong Hope for Africa de venir se ressourcer sur la terre de leurs aïeux. La délégation a plaidé pour que les Afro-descendants soient exonérés de visa d’entrée au Bénin et autres tracasseries administratives de naturalisation afin de contribuer activement au développement du Bénin en tant que Béninois à part entière. Mieux, elle a souhaité que la « Porte du non-retour » à Ouidah, lieu de transit des esclaves, puisse changer de nom et être rebaptisée la « Porte du retour ».
Les hôtes d’Avrankou ont été rassurés par le roi qui leur a demandé de faire confiance au gouvernement du président Patrice Talon qui n’hésiterait pas à œuvrer pour le retour des Afro-descendants.