Classement du Bénin par Transparency international : « Le défi n’est jamais fini d’être relevé », dixit Wilfried Houngbédji

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Classement du Bénin par Transparency international : « Le défi n’est jamais fini d’être relevé », dixit Wilfried Houngbédji


Interrogé sur le rang du Bénin dans le dernier classement de Transparency international, le directeur de la Communication à la Présidence de la République, Wilfried L. Houngbédji, indique que le Bénin prend acte dudit classement et que cela montre que l’on ne finit jamais de lutter contre la corruption.

LIRE AUSSI:  Traditions vaudoues et primauté du Fâ: Nécessité d’enseigner le Fâ à l’école et à l’université

« Cela veut dire que la lutte contre l’impunité et la corruption est un défi permanent. C’est un défi de tous les jours », rappelle Wilfried L. Houngbédji qui fait constater que de 2016 à 2019, l’on a dû noter que, suivant le même indice de perception de la corruption publié par Transparency international, le Bénin a gagné 15 places.

« Nous nous en sommes félicités. Si le même organisme dit aujourd’hui que nous avons régressé de trois places, nous prenons acte de cela. Et cela voudrait dire que le défi n’est jamais fini d’être relevé parce que peut-être que d’autres ont fait des efforts plus que nous dans la même période », analyse le directeur de la Communication à la Présidence de République. « Nous, quand on a mis en place la Criet, poursuit-il, des gens ont crié et ont trouvé que c’était une juridiction orientée vers des personnes. Mais l’opinion a eu le temps de se rendre compte que c’est une juridiction dédiée à la lutte contre la corruption… ».

LIRE AUSSI:  A la veille de la célébration du 56e anniversaire de l’indépendance : Le Bénin pleure un de ses anciens présidents, Emile-Derlin Zinsou

Il fait également observer que le classement de Transparency international postule que les efforts doivent être maintenus, doivent être accentués et que partout que l’on va noter des actes de mauvaise gouvernance, il faudra les déférer devant la justice pour qu’ils soient sanctionnés après les enquêtes. Wilfried L. Houngbédji rappelle en outre que la lutte contre la corruption n’a pas de nom, qu’elle est impersonnelle et doit viser toutes les personnes appelées d’une manière ou d’une autre à rendre compte de leur gestion. « C’est ce que l’actualité nous donne de constater (…). Vous avez d’éminents soutiens du chef de l’Etat, soutiens du gouvernement en place, qui défilent (actuellement) devant les tribunaux pour rendre compte de leur gestion », illustre l’ancien journaliste.

Il se dit persuadé qu’avec cette allure, les prochains classements de Transparency international vont consacrer encore un regain de places pour le Bénin. Toute chose qui, selon lui, sera synonyme une fois encore de l’amélioration des performances du pays sur le chantier de la lutte contre l’impunité et la corruption.