Climat :  » Il y a 93 % de chance qu’au moins une année entre 2022 et 2026 devienne la plus chaude jamais enregistrée »

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités, Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Climat :  » Il y a 93 % de chance qu’au moins une année entre 2022 et 2026 devienne la plus chaude jamais enregistrée »

Réponses face au changement climatique Agir pour et avec les femmes Il devient nécessaire de prendre en compte le genre dans les réponses face au changement climatique

Les nouvelles données dévoilées par le Service météorologique du Royaume Uni, qui est le centre principal de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) ne sont pas rassurantes. Elles indiquent que l’humanité se rapproche de l’atteinte temporaire de l’objectif inférieur de l’Accord de Paris sur le changement climatique, fixé à 1,5 degré Celsius.

 » Le chiffre de 1,5 °C n’est pas une statistique choisie au hasard », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. A l’en croire, c’est le point à partir duquel les effets du climat deviendront de plus en plus néfastes pour les populations, voire pour la planète entière

Dans le même temps, les données du bulletin renseignent que 2016 ne sera plus l’année la plus chaude. Puisque  la probabilité que la moyenne quinquennale pour que 2022-2026 soit supérieure à celle des cinq dernières années (2017-2021) est de 93%.

« Tant que nous continuerons à émettre des gaz à effet de serre, les températures continueront à augmenter. Parallèlement, nos océans vont continuer à se réchauffer et à s’acidifier, la glace de mer et les glaciers vont continuer à fondre, le niveau de la mer va continuer à s’élever et nos conditions météorologiques vont devenir plus extrêmes », a expliqué Taalas.

LIRE AUSSI:  Facilitation des échanges commerciaux entre le Bénin et le Niger: L’Uemoa forme usagers et acteurs des Pcj de Malanville

L’Accord de Paris fixe des objectifs à long terme pour guider toutes les nations à réduire substantiellement les émissions mondiales de gaz à effet de serre afin de limiter à 2 °C l’augmentation de la température mondiale au cours de ce siècle, tout en poursuivant les efforts pour limiter encore davantage cette augmentation à 1,5 °C.