Climat : Le cycle de l’eau se modifie

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités, Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Climat : Le cycle de l’eau se modifie


« Le cycle de l’eau devrait s’intensifier dans un contexte de réchauffement climatique », préviennent les scientifiques. A en croire les résultats de l’étude, le paradigme du « sec devient plus sec et humide devient plus humide » devient une réalité dans des conditions de réchauffement climatique.

Des différences ont été notées entre les tendances observées par satellite (SSS) par rapport à celles observées in situ et par modèle (NSS). « Dans les régions tropicales et de latitude moyenne, nous observons des différences significatives entre les deux tendances probablement dues à un effet net de stratification induit par le réchauffement de surface ».

Que retenir ?

Ainsi, l’augmentation persistante de la température dans des conditions de vent faible forme une couche chaude dans les premiers mètres de l’océan où la température augmente vers la surface. « Ces conditions persistant dans le temps, l’évaporation de la surface de l’océan est favorisée », renseigne l’étude.

Ces changements ont été estimés sur la base de données sur la salinité de la surface de la mer. Il faudra donc s’attendre à une plus grande évaporation à la surface de l’océan, ce qui rendra la couche supérieure de la mer plus salée et ajoutera de l’humidité à l’atmosphère. Conséquences : les régions plus fraîches deviennent plus fraîches et que les régions océaniques plus salées deviennent plus salées.

LIRE AUSSI:  2è Session ordinaire de la HAAC: Huit conseillers boycottent la cérémonie d’ouverture

Des conséquences ?

Le cycle de l’eau est composé de quatre étapes : l’évaporation, la saturation, la condensation et les précipitations. Et, comme c’est un cycle, chacune dépend de l’évaporation. « Seulement, plus il fait chaud, plus la capacité de l’air à contenir de l’eau augmente. Les masses d’air se formant, se reformant et se déplaçant rapidement, ce n’est pas parce qu’il y a plus d’évaporation dans un endroit donné qu’il y aura plus de pluie à ce même endroit », explique  Isabelle La Jeunesse, auteure du livre Changement climatique et le cycle de l’eau.

Une température de surface des océans plus élevée donne lieu à une évaporation plus forte, une formation accrue de nuages et des pluies plus importantes sur les continents mais également sur l’océan. Une bonne partie de l’eau évaporée revient ainsi très vite à son point de départ.