Cohabitation entre agriculteurs et éleveurs de Malanville : Le gouvernement sensibilise les acteurs concernés

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cohabitation entre agriculteurs et éleveurs de Malanville : Le gouvernement sensibilise les acteurs concernés


Une délégation gouvernementale composée du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Séidou Alassane et de son homologue de la Décentralisation, Raphaël Akotègnon, était à Malanville, hier mardi 3 août. C’est pour une séance de sensibilisation à la cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs de la commune.

LIRE AUSSI:  Prix de l’action climatique édition 2021: Les postulants attendus jusqu’au 30 avril

Dans sa nouvelle politique pour éviter les conflits entre agriculteurs et éleveurs, le gouvernement a fait l’option de les prévenir, plutôt que d’avoir à les gérer. N’empêche que dans la localité de Isséné et Gah-Béri, arrondissement de Guéné, à Malanville, des affrontements survenus en raison des dissensions liées à la gestion de zones délimitées pour les activités agro pastorales, ont fait des morts, des blessés et des personnes portées disparues, samedi 24 juillet dernier. Qu’à cela ne tienne, le chef de l’Etat, Patrice Talon, a tenu à dépêcher une délégation composée du ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Séidou Alassane, puis de celui de la Décentralisation, Raphaël Akotègnon, hier mardi 3 août à Malanville.
En effet, les deux ministres avaient pour mission de sensibiliser les élus locaux, les agriculteurs et éleveurs de la commune de Malanville aux mesures prises par le gouvernement pour gérer au mieux la déplorable situation qui s’est produite à Isséné et au campement peul de Gah-Béré, tous dans l’arrondissement de Guéné. Ils ont également saisi l’occasion pour expliquer, à travers la nouvelle dynamique relative à la sédentarisation, les réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur de l’agropastoralisme. L’objectif poursuivi, ont-ils insisté, est de voir les agriculteurs et éleveurs cohabiter pacifiquement. Pour l’atteindre, nul ne sera de trop. Ils souhaitent une réelle implication des élus locaux.
Ainsi, les élus locaux de
Malanville ont été invités à assurer leurs responsabilités. Ils ont également été appelés à démontrer leur capacité à anticiper sur les conflits, en collaboration avec les services de l’Etat, pour un dénouement rapide des situations de crises entre agriculteurs et éleveurs.
Par ailleurs, les deux ministres ont averti que les auteurs des actes de violences enregistrés et qui ont malheureusement fait des victimes au nombre desquelles des morts et des blessés à Isséné et au campement de Gah-Béré, ne resteront pas impunis. Ils seront, ont-ils annoncé, recherchés et retrouvés pour répondre de leurs actes devant la justice, selon les lois de la République en vigueur. Pour ce qui est des principales victimes de cette situation déplorable, le gouvernement n’est pas insensible à leur cas. Il compte, ont-ils rassuré, les dédommager à l’issue d’une évaluation dont la mission sera confiée à des structures compétentes.
Le maire de Malanville, Guidami Gado, a salué la promptitude avec laquelle le gouvernement a réagi, par rapport au conflit d’Isséné.
A la fin de la séance, la délégation s’est rendue à Isséné et à Gah-Béri, les lieux du drame. C’est pour apporter, à travers l’Agence nationale de protection civile, le soutien du gouvernement aux sinistrés. L’appui est composé de 40 sacs de riz de 25 kg, de 20 bidons d’huile de 25 l, 60 cartons de pâtes alimentaires, 41 cartons de boîtes de sardines, 101 moustiquaires imprégnées, 14 cartons de savon, 101 nattes, des paquets de feuilles de tôles, 15 cartons de pointes galvanisées et autres, sans oublier une enveloppe financière.

LIRE AUSSI:  8es journées internationales de la microfinance à l’Uac: Des chercheurs francophones se penchent sur les innovations