Commerce et investissement: Le Bénin et l’Afrique du Sud optent pour le « gagnant-gagnant »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Commerce et investissement: Le Bénin et l’Afrique du Sud optent pour le « gagnant-gagnant »


Un partenariat gagnant-gagnant, autrement le « win-win » comme disent les Anglais. C’est ce que projettent le Bénin et l’Afrique du Sud dans des secteurs comme le commerce et l’investissement. Ce mercredi 30 août, s’est ouverte à Cotonou la troisième session du Comité conjoint entre les deux pays pour s’y pencher.

LIRE AUSSI:  Le Nouveau départ et ‘’the character assassination’’

Cotonou et Pretoria misent gros sur le commerce et investissement pour donner un nouveau visage à la coopération bilatérale. Des délégations des deux pays se penchent sur la question les 30 et 31 août à Cotonou à l’occasion de la troisième session du Comité conjoint commerce-investissement entre le Bénin et l’Afrique du Sud. Lequel comité est mandaté pour identifier les secteurs de développement de la coopération et présenter les opportunités d’investissements existant entre les deux pays. « Il s’occupe également de l’amélioration des flux commerciaux, d’investissement et de technologie entre les deux pays », laisse-t-on entendre du côté du ministère des Affaires étrangères du Bénin. En prélude aux travaux, un séminaire sur le Programme d’action du Gouvernement (Pag) a été organisé à l’intention d’une délégation d’hommes d’affaires et d’investisseurs sud-africains. « Le Bénin d’aujourd’hui constitue une réelle opportunité pour l’investissement avec de nombreux outils d’incitation et de protection des investisseurs dans un environnement favorable aux affaires », a déclaré Is-Dine Bouraïma, directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex). Aussi a-t-il engagé les membres du comité à être « plus actifs dans ce partenariat avec l’Afrique du Sud afin de bénéficier pleinement du nouvel environnement favorable au secteur privé qui prévaut dans notre pays ». Pour lui, le défi de la mondialisation « oblige les pays africains à mieux penser et à mieux construire non seulement l’intégration, mais aussi la compétitivité de leurs économies ».
Côté sud-africain, le ton était aussi à l’assurance. Qu’il s’agisse du chef de la délégation Musa Thabiso, président sortant du comité conjoint ou de l’ambassadrice Noluthando Mayende-Sibiya, tous s’accordent à reconnaître que la relance des activités de ce comité mixte de dix membres officiellement installé depuis le 27 février 2012, constitue une « aubaine pour diversifier et renforcer les relations économiques entre les deux pays ». Cette réunion de quarante-huit heures, soulignera Musa Thabiso, est à percevoir comme un pas décisif vers l’intégration des économies des deux pays. « Nous sommes là pour créer un partenariat en vue du développement et nous définirons les domaines à impacter en donnant une place de choix au développement des infrastructures, poursuit-il.
Marc Hermanne Araba, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, est autant convaincu de cette rencontre qu’il juge importante est inscrite comme tournant décisif dans l’histoire des relations entre le Bénin et l’Afrique du Sud. C’est d’ailleurs la raison d’être, souligne-t-il, de ce séminaire sur le Pag organisé à l’intention des hôtes sud-africains. Ils ne repartiront pas de Cotonou sans avoir des entretiens avec des autorités béninoises en vue de s’imprégner des opportunités d’investissements que présente le Pag, notamment dans les secteurs des infrastructures, de l’énergie, de l’agriculture, de l’eau et de l’économie numérique?

LIRE AUSSI:  Lecture croisée des deux Pag Bénin Révélé : la continuité dans la Rupture