Commission budgétaire au Parlement: 15 milliards pour le ministère du Plan et du Développement en 2018

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Commission budgétaire au Parlement: 15 milliards pour le ministère du Plan et du Développement en 2018


« Notre passage de ce matin au Parlement, précisément devant la commission budgétaire, s’inscrit dans le cadre de la présentation du budget du ministère du Plan et du Développement. J’étais ici avant-hier pour présenter le Programme d’investissements publics (Pip). Pour le ministère du Plan en 2018, le ministère bénéficiera d’un crédit d’à peu près 15 milliards et demi en hausse de 35 %.

LIRE AUSSI:  Décision DCC 17-107: La loi n°2017-09 sur les armes sous-munitons déclarée conforme à la Constitution

Cette hausse va être essentiellement portée par les crédits d’investissement qui vont être consacrés à cent pour cent à l’amélioration de la gouvernance des projets dans tous les ministères et pas seulement au ministère chargé du Plan. Le ministère du Plan et du Développement aura donc plus de moyens pour mobiliser les ressources extérieures au profit des projets et des programmes de l’État. Des projets et des programmes qui sont inscrits dans le Programme d’action du gouvernement. Et dans ce cadre-là, le ministère a prévu six projets. L’année dernière, nous avions une douzaine de projets qui ont été reconfigurés et nous aurons six projets au total cette année pour financer les activités du ministère.
« Nous sortons de cette séance assez rassuré sur les préoccupations des députés. Ils ont posé beaucoup de questions. Je crois que les réponses qui ont été apportées sont satisfaisantes. Nous allons apporter le reste par écrit », a laissé entendre Abdoulaye Bio Tchané. Il ajoute : « La grande préoccupation des députés sachant et connaissant le rôle du ministère du Plan et du Développement qui est un rôle transversal est de s’assurer que les projets et programmes des autres ministères seront exécutés dans de bonnes conditions et que surtout le suivi des projets et le Programme d’action du gouvernement sera fait conformément à ce qui a été arrêté à travers les différents comités, de manière à ce que les besoins de l’État et les besoins de nos compatriotes soient couverts par les ressources  qui vont être mobilisées dans ce cadre-là ».

LIRE AUSSI:  Cour suprême: La crise à la FBF au menu des entretiens

Th. C. N.