Commission budgétaire du Parlement: Bio Tchané présente le projet de budget de l’Etat 2020

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Commission budgétaire du Parlement: Bio Tchané présente le projet de budget de l’Etat 2020


Le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, a présenté, vendredi 15 novembre dernier, à la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale les grandes lignes du projet de budget de l’Etat gestion 2020. Cette présentation, conformément à la pratique parlementaire, annonce le démarrage officiel de l’étude proprement dite de ce projet de loi de finances avant son examen et son vote par la plénière des députés.

LIRE AUSSI:  Criet/ Détournement de deniers publics: Un ex-receveur des Impôts écope de 15 ans de prison

La commission budgétaire de l’Assemblée nationale démarre, après les auditions publiques des Confédérations et Centrales syndicales, des Organisations de la Société civile et autres, les discussions au fond relatives au projet de loi de finances 2020. L’étape des travaux budgétaires a officiellement commencé, vendredi 15 novembre dernier, à l’Assemblée nationale avec la présentation des grandes lignes du projet de budget de l’Etat gestion 2020. L’exercice a été assuré par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané qui, à la fin du huis clos avec les députés, a animé un point de presse. Outre le projet de loi de finances, il a présenté les autres documents budgétaires et le projet de Programme d’investissement public gestion 2020.
Selon Abdoulaye Bio Tchané, le budget de l’Etat gestion 2020 est purement social. Il s’équilibre en recettes et en charges à la somme de 1 986,910 milliards de F Cfa. Il est en hausse de 109,367 milliards de F Cfa correspondant à un taux d’accroissement de 5,8 %. Le projet de loi de finances pour la gestion 2020 est plus lisible et orienté vers l’investissement, le social et l’allègement fiscal, souligne le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement. Il prévoit plusieurs mesures sociales notamment dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de la protection sociale. Il prévoit également la mise en œuvre du nouveau programme spécial d’insertion dans l’emploi annoncé par le chef de l’Etat, à la veille du premier août dernier. Ce programme qui consiste à recruter à la charge de l’Etat, 2000 diplômés à placer dans les entreprises publiques et privées pour une période de deux ans, démarre en 2020. Le projet de budget 2020 prévoit aussi un allègement de la fiscalité pour les ménages et les entreprises. Ce qui signifie qu’il y aura moins d’impôts à payer par les populations l’année prochaine. Le nombre d’impôts passe de 48 en 2019 à 35 en 2020. Pour les ménages et les entreprises, ces mesures se traduiront par l’extension du régime d’exonération des droits et taxes de douanes et de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) sur l’importation ou l’acquisition en République du Bénin des panneaux solaires photovoltaïques formant un ensemble, à l’exclusion des batteries ; le réaménagement des modalités de paiement des acomptes de la Taxe professionnelle synthétique pour les nouvelles entreprises ; la reconduction de l’exonération des droits et taxes de douane et de la Tva sur les récipients de gaz ; la reconduction de l’exonération des droits et taxes de douane et de la Tva sur les autobus, autocars et minibus destinés au transport en commun.
En plus de ces exonérations, le budget 2020 prévoit plusieurs autres mesures d’allègement fiscal, assure Abdoulaye Bio Tchané. Il s’agit surtout de la dispense de pénalité de retard accordée aux contribuables qui souscrivent spontanément, pour la première fois, leurs déclarations en régularisation des affaires réalisées au titre des exercices antérieurs. Pour 2020, les indicateurs macroéconomiques vont continuer à s’améliorer ; ceci avec un taux de croissance économique en accélération de 7,6 %, un taux d’inflation maîtrisé à 0,6 % largement en dessous du seuil communautaire de 3 %, un déficit budgétaire de 1,8 % du Produit intérieur brut (Pib) conforme aux critères de l’Uemoa et un taux d’endettement contenu et viable à 38,7 % du Pib, également en dessous du seuil communautaire de 70 %.

LIRE AUSSI:  Révision de la Constitution du 11 décembre 1990: Plus de peur que de mal