Communication non violente dans l’Atacora et la Donga: Leaders communautaires, jeunes déscolarisés et sages outillés

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Communication non violente dans l’Atacora et la Donga: Leaders communautaires, jeunes déscolarisés et sages outillés


Des échanges sur la communication non violente ont eu lieu, hier lundi 30 août, à la maison des jeunes de Natitingou. C’est une initiative du projet ‘’Non-violence pour la paix’’ financée par l’ambassade des États-Unis d’Amérique au Bénin dans les communes de l’Atacora-Donga.

LIRE AUSSI:  Grand prix panafricain Docteur Kwame N’Krumah de l’excellence: Georges Ayaovi Raymond, Ca du 11e arrondissement de Cotonou, distingué

Les leaders communautaires et les jeunes déscolarisés des communes de Natitingou, Boucombé, Tanguiéta dans l’Atacora et de Ouaké, Djougou, Copargo dans la Donga bénéficient d’une formation sur la communication non violente.
Cette initiative soutenue par l’Ambassade des États-Unis d’Amérique près le Bénin a été lancée hier lundi 30 août, par la conseillère communale Marguerite Daraté Gnotodera, représentant le maire de Natitingou. L’objectif global de cette activité, selon Bruno Houessou, responsable suivi-évaluation des projets à Social Watch, est de former au moins trois cents citoyens, tous des leaders communautaires, des jeunes déscolarisés et de renforcer leurs capacités sur la communication non violente dans les six communes retenues. Selon lui, la thématique ‘‘Communication non violente‘‘ cadre bien avec le développement. C’est pourquoi lui et son équipe comptent échanger avec les participants afin que chacun dans son milieu, dans son environnement puisse revêtir le manteau de la non-violence. Celle-ci permet de vivre dans une société de paix, souligne-t-il. Marguerite Daraté Gnotodera, conseillère communale, explique que la rencontre a tout son sens. « L’événement qui nous réunit ce matin est d’importance. Le monde traverse des tumultes, ce qui n’épargne pas les communautés. Vivre dans la paix et en paix est l’aspiration de chacun, mais il arrive des moments où des situations ne permettent pas de revêtir des blousons de la paix et nous nous retrouvons dans des situations insupportables », relève-t-elle. Elle précise que la communication non violente permet d’aguerrir les citoyens pour être différents dans la société. À ce titre, elle a invité les participants à être les porte-voix de la promotion de la non-violence.
Rappelons que l’Initiative des communicateurs pour la bonne gouvernance en charge de la formation souligne que la démocratie est un perpétuel apprentissage et il est important de renforcer ses fondations. Elle est aussi le vivre-ensemble qui se manifeste par la collaboration et les relations entre les individus et les institutions d’une société. Mais il est constaté dans les sociétés contemporaines que le vivre ensemble cher à la démocratie est mis à rude épreuve à telle enseigne que les violences éclatent parfois à partir des difficultés de communication entre les individus.

LIRE AUSSI:  21e Journée africaine de la prévention des risques professionnels : La Cnss et ses partenaires ont revisité la situation à Lokossa