Compétitions sportives pour l’épanouissement de la fille : Sna Ong gagne le pari du projet Championne

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Compétitions sportives pour l’épanouissement de la fille : Sna Ong gagne le pari du projet Championne

Permettre aux jeunes filles de vivre et jouer au football en sécurité et s'épanouir

La première édition des compétitions du projet Championne a connu son épilogue, vendredi 22 avril dernier. Lors de la finale de ce tournoi de football, l’équipe de Toucountouna a battu par un score de 2 buts à 1 celle de Kandi.

LIRE AUSSI:  4e étape du Circuit Itf/Cat des 18 ans et moins: Belle entame pour Sewanou, Monnou et N’tcha


Sud nord action (Sna) Ong a réussi la mise en œuvre du projet Championne qui vise l’émancipation et la protection des filles à travers la pratique du sport. La première édition des compétitions a opposé en finale deux équipes de jeunes filles qui ont démontré que les femmes peuvent jouer au même titre que les hommes au football. L’équipe de Kandi venue de l’Alibori et celle de Toucountouna de l’Atacora se sont opposées au stade de Natitingou.
Au coup de sifflet final, c’est Toucountouna qui a remporté le trophée par un score de 2-1. Selon Ouorou Yérima Bio, coordonnateur du projet Championne, il a été initié avec l’appui financier de la Fifa, de l’Afd et de Plan international dans trois pays d’Afrique de l’Ouest dont le Bénin, la Guinée Conakry et le Togo. C’est autour du thème: «Permettre aux filles de vivre et jouer au football en sécurité et s’épanouir». Les compétitions sportives ont débuté, le 8 avril 2022, et ont connu trois phases : inter-villages avec 49 matches, inter-communes avec 7 matches joués en 4 poules, inter départemental avec la demi-finale, le match de classement et la grande finale jouée le 22 avril.
Au Bénin, ce projet a enrôlé 1 440 filles de 12 à 24 ans, élèves et apprenties, déscolarisées ou non scolarisées et 360 garçons élèves de 12 à 18 ans de 60 villages disposant de collège d’enseignement général dans 12 communes de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga. 60 associations sportives ont été mises en place et ont été dotées d’équipements sportifs notamment des ballons, des maillots, des crampons… Le projet a procédé à l’aménagement des aires de jeux avec l’appui des communautés, recruté et formé 120 encadreurs, dont 60 femmes qui constituent ainsi un vivier local d’experts en sport pour le développement. « Championne s’emploie par ailleurs à mobiliser et à sensibiliser les communautés sur les problèmes prioritaires liés à la situation des filles et des femmes. Il fonde ses activités sur un cycle d’apprentissage par l’expérience pour développer les compétences de vie courante chez les apprenants », a ajouté le coordonnateur.
Les différentes autorités ont salué cette initiative. Gaelle Smith, représentant du gouvernement, a informé que le sport figure parmi les moyens efficaces pour résoudre plusieurs problématiques auxquelles les filles font face. Notamment, il s’agit des problèmes éducatifs, des conflits intergénérationnels, du manque de confiance en soi, des différentes formes de violences, du respect et de la jouissance de leurs droits à la santé sexuelle et reproductive.
Le projet Championne contribue à insuffler la culture du sport et à assurer l’égalité des chances dans la pratique, faire en sorte que les femmes et les filles ne se sentent jamais empêchées. Toutes choses qui ont conduit Adolphe Ogouyon, directeur technique national de la Fédération béninoise de football, Taté Ouindéyama, maire de Natitingou, Jérémie Bertrand-Hardl, représentant de l’Afd, Déré Chabi Nah, préfet de l’Atacora… à plaider pour la pérennisation de l’initiative.

LIRE AUSSI:  Fédération béninoise de pétanque: La ligue Atlantique-Littoral en assemblée générale samedi prochain