Compétitivité des Pme et Pmi: Les avantages du Pnrmn présentés aux industriels de l’Ouémé/Plateau

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Compétitivité des Pme et Pmi: Les avantages du Pnrmn présentés aux industriels de l’Ouémé/Plateau


Les promoteurs d’unités industrielles et de Btp des départements de l’Ouémé et du Plateau ont été sensibilisés, vendredi 11 août dernier, sur la niche d’opportunités disponibles au Programme national de restructuration et de mise à niveau (Pnrmn) pour leur permettre d’être compétitives sur le marché national, régional et international. La séance s’est déroulée à Porto-Novo, sous la houlette d’une délégation du Bureau de restructuration et de Mise à Niveau (Brmn) qui pilote le programme.

LIRE AUSSI:  Quatrième session ordinaire de la mairie de Parakou: Le budget primitif de 2019 estimé à environ 5,5 milliards de francs Cfa

Le Bureau de Restructuration et de Mise à Niveau (Brmn) du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat est un véritable partenaire pour la compétitivité et la croissance durable des unités industrielles et des Btp à travers le Programme national de restructuration et de mise à niveau (Pnrmn). L’information a été apportée aux chefs d’entreprises engagés dans les secteurs industriel et des Btp des départements de l’Ouémé et du Plateau conviés à une séance de sensibilisation, vendredi 11 août dernier, à Porto-Novo. Ils ont été entretenus par Pablita Cogué Agbowaï, responsable administrative et des engagements du Brmn. Elle a présenté aux participants les nombreuses opportunités du Pnrmn à travers ses offres notamment de mise à niveau technique des petites et moyennes entreprises (Pme) et petites et moyennes industries (Pmi) adhérentes, de restructuration, d’accompagnement à l’éligibilité des entreprises, et d’appui au développement à l’exportation. Elle a insisté sur l’intérêt pour les unités industrielles et de Btp à adhérer au Programme pour aller vite vers le développement et améliorer leurs chiffres d’affaires.
Un montant de 2,6 milliards F Cfa, à en croire la communicatrice, est mis chaque année par le Gouvernement au profit du Bureau pour l’atteinte de ses objectifs. Seulement, avant de bénéficier des appuis du programme, les entreprises qui désirent y adhérer doivent respecter certains critères, précise la responsable administrative et des engagements du Brmn. Au nombre de ces exigences, il faut être une entreprise exerçant au Bénin depuis deux années au moins, avoir un registre de commerce, ne pas être une entreprise en faillite, payer régulièrement ses impôts, appartenir à un secteur fort de croissance et avoir déclaré au moins un salarié, selon la taille de l’entreprise, attesté par la Cnss.

LIRE AUSSI:  Violence à l’égard des mineurs : L’appel de Hounnonkpè à réprimer les parents indélicats

Adhésion volontaire

« L’adhésion au programme est volontaire. Mais quand on y vient, c’est la transparence totale dans le fonctionnement de l’entreprise qui doit pouvoir tout dire sur elle, notamment ses difficultés. C’est comme le malade et le médecin », a insisté Pablita Cogué Agbowaï. Elle rassure, toutefois, les entreprises de ce qu’elles n’ont aucune crainte à avoir par rapport aux informations recueillies auprès d’elles sur la vie de leurs structures, notamment le fisc, les chiffres d’affaires et les états financiers. Celles-ci sont couvertes de fortes clauses de confidentialité à laquelle sont astreints tous les agents du Brmn ainsi que le Conseil d’administration du Bureau, a martelé la responsable administrative et des engagements du Brmn.
Les participants ont salué la délégation technique du Brmn pour son initiative de sensibilisation de ses cibles sur le terrain. Alain Zinsou, promoteur d’un centre agro-alimentaire à Porto-Novo, dit en savoir désormais un peu plus sur le Brmn et le Pnrmn grâce à cette sensibilisation. Il annonce pour bientôt son
adhésion au programme pour bénéficier de ses nombreuses opportunités. Selon lui, les pièces administratives exigées par le programme à tout adhérent sont le minimum que doit avoir toute entreprise qui se veut sérieuse et prospère.
Justin Roger Migan, promoteur de JR-Expertise, un établissement naissant et spécialisé dans la communication, les transports et la fourniture d’articles de bureautique, a voulu savoir s’il peut être déjà pris en compte par le programme. La même préoccupation a été évoquée par Romain Ayidékon, responsable d’une unité de pisciculture et de transformation à Dangbo. Pablita Cogué Agbowaï leur a fourni les réponses nécessaires par rapport au programme qui ne prend en compte, pour sa phase actuelle de 2014-2018, que les industries et les Btp.
La séance de sensibilisation a été rehaussée par Appolinaire Togbadji, directeur département de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat de l’Ouémé et le Plateau. C’est à lui qu’a échu l’honneur d’ouvrir les travaux avant la présentation de la responsable administrative et des engagements du Brmn.