Concept de la Police communautaire: Les journalistes outillés

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Concept de la Police communautaire: Les journalistes outillés


Vue partielle des journalistes

Une cinquantaine de journalistes ont pris part à Cotonou, ce mardi 13 novembre, à un atelier de sensibilisation sur le concept de la Police communautaire. L’objectif de cet atelier financé par la Fondation Hanns Seidel est de contribuer à la compréhension et à l’appropriation de la coproduction de la sécurité par les acteurs en impliquant les journalistes comme partenaires.

LIRE AUSSI:  De « Cœur d'or » à la Fondation «Yaovi Ahamada» : Miss Espoir plus que jamais engagée dans le social

La nouvelle approche de la Police républicaine a été présentée aux professionnels des médias, au cours d’un atelier ce mardi à Cotonou. La Police communautaire, une option de la Police républicaine, a mobilisé un parterre de journalistes venus de tous les départements du Bénin. Encore appelée police axée sur les collectivités, elle est à la fois un concept et une stratégie organisationnelle selon lesquels les services de police et les communautés œuvrent de concert pour résoudre les problèmes liés à la criminalité, aux troubles à l’ordre public et à la sécurité. Il s’agit de la participation de la Police à la vie de la communauté et des réponses qu’elle apporte à ses besoins, et aussi de la communauté qui, à la fois, concourt à assurer, elle-même, le maintien de l’ordre en son sein et soutient l’action de la police. A en croire Abdoulaye Moro, directeur de la formation et des stages représentant le directeur général de la police républicaine, le travail des services de sécurité publique est souvent mal perçu par les populations bénéficiaires, lesquelles estiment que les fonctionnaires de police sont au service du pouvoir public au détriment de l’intérêt général. « Dans l’accomplissement de leur mission régalienne, les policiers sont souvent mal appréciés par les communautés, en l’occurrence les journalistes. A tort ou à raison, cette situation crée une crise de confiance entre les acteurs… », a soutenu le commissaire divisionnaire de police, justifiant ainsi les raisons de cette formation au profit des acteurs des médias. Une session qui leur permet de jouer leur rôle de partenaires de la police et de contrôle citoyen des activités de cette institution. La coordonnatrice régionale de programmes de la Fondation Hanns Seidel, Aridja Frank, est allée dans le même sens, rappelant les exigences de cette collaboration entre la Police et les médias. Il sera question, d’après ses explications, de mettre à la disposition des hommes des médias, des informations vraies susceptibles de faire changer de comportement à la population. Le directeur général des médias, Lévy Ayéyèmi et Franck Kpochémé, président de l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) ont respectivement salué l’initiative de la Police. Le ministère de l’Economie numérique et de la Communication, à travers la direction générale des médias, est prêt à accompagner le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, car rien n’est possible sans la quiétude, a fait savoir Lévy Ayéyèmi.

LIRE AUSSI:  Taux de réussite au Bepc 2018: 28,63 % d’admissibilité contre 50,56 % en 2017