Concours « Inno-valorana » du programme Defia: Cinq projets retenus pour bénéficier de l’appui d’Enabel

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Concours « Inno-valorana » du programme Defia: Cinq projets retenus pour bénéficier de l’appui d’Enabel


Le Concours national de l’innovation dans la valorisation des (sous) produits et résidus de l’ananas « Inno-valorana » a connu son épilogue, vendredi 20 novembre dernier à Cotonou. Cinq projets sont retenus pour bénéficier de l’appui technique et financier du programme Defia d’Enabel en vue de leur mise en œuvre.

LIRE AUSSI:  Alliance «Dinaba boh»:Une nouvelle coalition de huit partis à Boukombé

Les lauréats du Concours national « Inno-valorana» lancé par le programme Defia de l’Agence belge de développement (Enabel) sont connus. Au nombre de cinq, ils ont été sélectionnés après avoir planché devant le jury pour soutenir leurs idées de projet, suivant la problématique, la solution proposée, le budget et la rentabilité ainsi que les étapes de la mise en œuvre.
La start-up « BioLife » est retenue pour être accompagnée sur son projet de valorisation des résidus de l’ananas à travers la production de fertilisants organiques de qualité par la technologie dite Pams (Production assistée par la machine spécialisée) utilisable en agriculture.
Les Etablissements Kidéo de Déo-Gracias Kiki ont accroché le jury avec un projet de production et de commercialisation de biscuits à base de drêches d’ananas.
La start-up « Géant & Co » de Georgina Adjanohoun bénéficiera de l’accompagnement du programme pour la production et la commercialisation de champignons frais et de kits prêts à pousser à partir de drêches d’ananas.
Les Ets Mouss-Cal proposent un projet d’implantation d’une unité de production de provende locale à base de résidus d’ananas dans la commune de Tori-Bossito, qui a également retenu l’attention du jury.
L’entreprise Gabs de Laure Bonin Omoto Baba est choisie pour son projet de transformation de la pulpe/cœur d’ananas en poudre riche en nutriments.
Ces cinq projets recevront un accompagnement technique pour le réajustement de leur business plan, de leur méthodologie et surtout un appui financier pour la réalisation d’investissements, l’expertise spécialisée et le fonds de roulement, dans le cadre du Programme de développement de l’entreprenariat dans la filière ananas (Defia). Le financement est plafonné à 30 millions F Cfa par projet.
Trois autres projets sont retenus pour bénéficier d’un appui à l’expérimentation, au regard de leur pertinence.

LIRE AUSSI:  Célébration de l’excellence dans l’enseignement supérieur: Hecm prime ses meilleurs étudiants pour 2016-2017

Produits diversifiés

Les dix finalistes du concours de l’innovation dans la valorisation des (sous) produits de l’ananas « Inno-valorana » ont été présélectionnés sur étude de dossiers parmi 45 promoteurs d’idées ayant postulé, indique Wilma Baas, manager du programme Defia. Les dossiers ont été soumis à un comité d’analyse composé de responsables de l’Agence territoriale de développement agricole Pôle 7 (Atda 7), de l’Association interprofessionnelle de l’ananas du Bénin (Aiab) et dudit programme, ajoute-t-elle.
En procédant à l’ouverture de la phase finale de la compétition, vendredi dernier, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep) a salué l’organisation de ce concours qui permettra d’augmenter la productivité des chaînes de valeur ajoutée de l’ananas. «Sur le plan environnemental, ces nouvelles idées innovantes permettront d’assainir le cadre de transformation de l’ananas ; sur le plan de l’amélioration financière, il s’agit de la création de nouvelles activités génératrices de revenus », précise Innocent Togla.
Le programme Defia appuie la mise en œuvre du Programme national de développement de la filière ananas (Pndfa). Il ambitionne, souligne Wilma Baas, de contribuer à l’augmentation des revenus des acteurs, à la création d’emplois dans la filière ananas et à l’équilibre macroéconomique du Bénin.

LIRE AUSSI:  Le marché de l’assurance en Afrique face au défi de la digitalisation