Concours médias sur des faits de corruption : Josué Méhouénou de La Nation décroche le 3e prix

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Concours médias sur des faits de corruption : Josué Méhouénou de La Nation décroche le 3e prix

Josué Mehouénou du Journal "La Nation" décroche le 3ème prix du concours médias sur des faits de corruptionMartin Assogba, Président de l'ONG ALCRER, remettant à Josué Méhouénou sa distinction

Troisième meilleure enquête dans la catégorie presse écrite, Josué Méhouénou séduit le jury présidé par Guy Constant Ehoumi, avec sa production sur des faits de corruption dans la commune de Zagnanado. Il vient juste derrière Michel Clément Sossou dont l’œuvre a trait au rançonnement des détenus et parents de détenus dans les prisons, et Félicienne Houessou qui a porté sa plume sur des pots-de-vin glissés dans le recrutement des agents électoraux, lors des élections communales et locales de 2020 au Bénin. Trois autres journalistes dont deux de la Radio, et un de la télévision seront aussi distingués, au terme de la première édition de l’initiative d’appui financier à la pratique du journalisme d’investigation des faits de corruption initiée par le Programme d’appui à la lutte contre l’impunité et au renforcement de l’Etat de droit au Bénin (Palired) et le Projet de renforcement des capacités des Organisations de la Société civile pour la détection et la dénonciation de la corruption (projet 2D Corruption).
Selon Zakiath Latoundji, présidente de l’Upmb, la mise en œuvre de ces projets par Transparency International, Social Watch Bénin et Alcrer, a permis le renforcement des capacités de 120 journalistes en 2020 sur les techniques d’investigation. Et avec la délibération de ce concours qui consacre la distinction des meilleures productions, elle indique que les objectifs de l’Union sont atteints. « Le journalisme d’investigation pratiqué de façon éthique et rigoureuse joue un rôle primordial dans la dénonciation des pratiques de corruption, et dans le processus pour traduire les mis en cause devant la justice ». Telle est la conviction de Blanche Sonon de Social Watch Benin. La deuxième phase de cet appui à l’endroit des médias est lancée pour le compte de l’édition 2021.

LIRE AUSSI:  Littérature: Fabien Fayomi publie « Cap sur l’altermonde »