Concours national de programmation en informatique 2019: L’équipe Midougan de l’Epac vainqueur

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Concours national de programmation en informatique 2019: L’équipe Midougan de l’Epac vainqueur


L’édition 2019 du Concours national de programmation en informatique (Icpc) a connu son épilogue, samedi 31 août dernier, à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi (Epac). C’est d’ailleurs l’une des équipes de cette école, sacrée championne qui devra, au mois de novembre prochain, défendre les couleurs du Bénin à la phase continentale en Egypte.  

LIRE AUSSI:  Lutte contre l’insécurité à Cotonou:Un trafiquant de crâne humain et des escrocs présentés à la presse

Le Concours national de programmation en informatique est organisé au Bénin par Mapcom technologies. Il en est cette année à sa douzième édition. Samedi 31 août dernier, à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi (Epac), elles étaient au total treize équipes de trois membres chacune à confronter leurs connaissances en programmation informatique. Mais une seule au finish s’est imposée aux douze autres. Il s’agit de l’équipe Midougan de l’Epac. Serge Afouda, Saka Zime Kperegui et Jean Eudes Gildas Michel
Tokou ont pris le dessus sur les 36 autres candidats. « Cette équipe, au terme de la compétition, s’est classée première et est donc déclarée vainqueur de la compétition », a laissé entendre le comité d’organisation. Avec cette première place, Midougan se qualifie pour le championship (demi-finale) qui se tiendra en Égypte en novembre prochain.
Pourtant sereins, ils l’étaient tous à l’entame de la compétition, revigorés d’une part par les mots d’encouragement du directeur adjoint de l’Epac, François Xavier Fifaten, et d’autre part, par le comité d’organisation.
Le Concours national de programmation en informatique (Icpc) est une compétition destinée aux étudiants qui ont suivi des cours ou des formations dans le domaine informatique ou qui ont des compétences dans des domaines informatiques, explique Sam Tossou, responsable de l’organisation du concours. Cette année, les treize équipes participantes viennent de trois entités de formation à savoir l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (Eneam), l’Institut de formation et de recherche en informatique de l’université d’Abomey-Calavi (Ifri) et l’Epac.

Plus qu’une simple compétition

« C’est une compétition qui dure cinq heures d’horloge et au cours de laquelle, on soumet des préoccupations aux étudiants. Ils conçoivent des algorithmes pour répondre à ces problèmes dans plusieurs langages de programmation », détaille Sam Tossou. Tout ceci se déroule devant un jury mis en place à cet effet. Lequel évalue et confirme si la solution proposée par l’équipe est juste. A l’issue du concours, une équipe vainqueur est qualifiée pour le championship (demi-finale). Le concours s’organise dans 111 pays de par le monde et bénéficie de l’attention de plusieurs grandes entreprises du domaine.
Le Concours national de programmation en informatique n’est pas qu’une simple compétition, ou du moins un concours comme les autres. Derrière cette initiative, se cache toute une philosophie. L’esprit de ce concours, c’est de stimuler la créativité des jeunes étudiants parce que les problèmes posés sont d’ordre économique ou liés à la vie sociale et quotidienne. « Ils les modélisent sous forme de solutions informatiques de sorte qu’on puisse les expérimenter dans la vie réelle », indique Sam Tossou. Autre avantage lié à la participation à ce concours, c’est qu’il aide les participants à développer leurs capacités et potentialités ainsi que des compétences en programmation. Mieux, « ce concours est un label et y participer est une référence sur le marché informatique », assure au nom du comité d’organisation Sam Tossou. Ceux qui y participent ont la chance de se voir repérés par de grandes entreprises comme facebook, Google, Amazon. Ils peuvent également être orientés à travers tous les réseaux de Mapcom technologies, principal partenaire et organisateur du concours sur le  plan national.

LIRE AUSSI:  Marche sur le ministère du Plan: Des enseignants exigent l’application de leurs statuts