Concours prix d’excellence 2015 Consortium Alafia :Les systèmes financiers décentralisés membres fixés sur les conditions

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Concours prix d’excellence 2015 Consortium Alafia :Les systèmes financiers décentralisés membres fixés sur les conditions


Les critères entrant dans le cadre du Prix d’excellence 2015 du Consortium Alafia sont désormais connus du public. Le directeur exécutif du Consortium, Ignace Dovi a présidé à cet effet, un atelier qui s’est déroulé hier jeudi 19 mars, à Cotonou devant des membres de l’association et d’un représentant du Fonds national de microfinance.

LIRE AUSSI:  Mois du « Consommons local » dans le Zou: Les promoteurs d’hôtels sensibilisés

Premier prix, 1 200 000 F CFA plus certificat, 2e prix, 800 000 F CFA plus certificat, 3e prix 500 000 F CFA plus certificat puis des lots de consolation pour les Systèmes financiers décentralisés (SFD) qui y prendront part. Tels sont les prix qui ont été fixés et qui seront décernés aux SFD qui compétiront dans le cadre de l’appel à candidatures pour le concours au Prix d’excellence 2015 du Consortium Alafia. Il s’agit des prix symboliques et honorifiques qui permettent de récompenser les SFD et non leurs dirigeants.

Pour le directeur du Consortium Alafia, Ignace Dovi, un comité de dépouillement composé de spécialistes, experts et praticiens de la microfinance a été mis en place pour opérer les sélections ; un jury rassemblant des personnes ressources a également été mis sur pied dans le même cadre. Ainsi, le planning de déroulement du concours a été libellé selon un chronogramme précis. Après le lancement de l’appel à candidatures et la réception des dossiers qui s’étendent jusqu’au 30 juin 2015, débutera l’étude des dossiers par le comité en juillet 2015. Puis il y aura l’installation du jury et ses délibérations. Le directeur du Consortium Alafia fait remarquer que les délibérations sont sans recours. La récompense des meilleurs SFD, ajoute-t-il, interviendra en août de cette année.
Selon Ignace Dovi, le prix doit être pérenne et créer l’émulation au sein des SFD. Il doit s’illustrer, précise-t-il, par des indicateurs globaux et objectivement vérifiables. Ainsi, les références se rapportent aux objectifs de la micro finance et ses orientations, aux défis à relever dans le secteur, aux standards internationaux et aux bonnes pratiques reconnues dans le secteur.
En ce qui concerne les conditions de participation, rappelle-t-il, il faut être un SFD, puis être membre de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés (APSFD-Bénin), avoir au moins cinq années d’activités dans le secteur, être à jour de ses cotisations au sein de l’APSFD-Bénin et participer régulièrement à ses activités.
Quant aux domaines prioritaires d’évaluation, le directeur du Consortium Alafia a relevé la performance organisationnelle, celle financière, la performance non financière, les relations avec les membres bénéficiaires ou clients, le militantisme au sein de l’APSFD.
Sur les critères prioritaires d’évaluation, il a fait cas de la performance organisationnelle (organisation et professionnalisme du SFD pour 3 points), la performance financière pour 7 points et celle non financière pour 2 points.
En ce qui concerne les pièces à fournir, il faut compter deux exemplaires de formulaires de demande d’inscription au concours prix d’excellence APSFD-Bénin 2015, deux exemplaires du formulaire de soumission au concours APSFD-Bénin 2015 plus de preuves.
Selon Ignace Dovi, la période d’activités à considérer porte sur les trois dernières années précédant l’année de concours (2012, 2013 et 2014).
Faisant part de sa joie, le représentant du directeur du Fonds national de la Micro finance Babanonla Edenakpo a encouragé le directeur du Consortium Alafia à poursuivre sur la même lancée afin que dans une saine émulation, tous les SFD parviennent à se hisser à un bon niveau de gouvernance et un meilleur niveau de compétitivité.

LIRE AUSSI:  Développement de l’Intelligence artificielle : Vers l’élaboration d’une stratégie nationale